Finalement, Elon Musk ne séparera pas Starlink de SpaceX pour l’introduire en Bourse

Elon Musk. - AP Photo/Susan Walsh
Elon Musk. – AP Photo/Susan Walsh

La présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, avait indiqué en février la possibilité de séparer Starlink du reste de l’entreprise pour une introduction en Bourse. Mais le fondateur Elon Musk en a décidé autrement.

Le projet de mégaconstellation de satellites Starlink ne devrait finalement pas devenir une entité à part entière, c’est son créateur Elon Musk qui le dit. Pour lui, la priorité est surtout d’éviter que son entreprise privée ne fasse faillite.

Starlink a pour but d’offrir une couverture internet mondiale grâce à des milliers de mini-satellites. D’autres entreprises telles qu’Iridium, Globalstar, Orbcomm et Teledesic ont déjà tenté de créer de grandes constellations de télécommunications en orbite basse terrestre… Et se sont fortement approchées de la faillite, indique Business Insider.

Elon Musk ne veut donc pas suivre l’exemple de ses prédécesseurs. La prudence est mère de sûreté, on le sait. ‘Ce serait un grand pas, d’avoir plus que zéro dans la catégorie des entreprises qui n’ont pas fait faillite’, a avancé le directeur général de SpaceX.

30 milliards par an

D’autant plus que SpaceX a besoin de Starlink pour générer plus de revenus que son activité de lancements avec ses fusées Falcon 9 et Falcon Heavy, prédit Musk. Il espère à terme gagner 3 à 5% du marché mondial de l’internet, soit une part évaluée à 30 milliards de dollars par an. Alors que l’activité de lancements de fusées n’en rapporte ‘que’ 3 milliards.

C’est un pari risqué avec des gains potentiels élevés. Selon Morgan Stanley, SpaceX pourrait valoir 120 milliards de dollars si Starlink réussit sa mission. Mais pourrait tout aussi bien tomber à une valorisation de 5 milliards en cas d’échec. Alors que les investissements atteindraient au total jusqu’à 60 milliards de dollars, toujours selon Morgan Stanley.

À terme, Elon Musk espère lancer entre 12.000 et 42.000 satellites en orbite. L’accès Internet haut débit et bon marché depuis l’espace devrait déjà être fonctionnel dès cette année pour le Canada et les Etats-Unis, avant d’offrir une couverture mondiale en 2021. SpaceX a pour l’instant lancé 300 satellites dans le ciel, et effectuera son sixième lancement Starlink ce samedi 14 mars.

Lire aussi: