Fin du télétravail obligatoire : « De nombreuses PME ne veulent pas travailler de manière « hybride », mais simplement revenir à la normale »

A partir de vendredi, le temps est venu : le télétravail ne sera plus obligatoire, mais seulement recommandé. Le prestataire de services RH Acerta s’attend à ce que de nombreuses petites entreprises reviennent à l’ancienne organisation du travail d’avant le coronavirus, malgré le battage médiatique autour du « travail hybride » (en partie à domicile, en partie au bureau).

Le Comité de concertation a décidé la semaine dernière de lever l’obligation de télétravail à partir du 18 février, dans le cadre des assouplissements des restrictions face à la pandémie. « Toutefois, le télétravail reste recommandé chaque fois que cela est possible », précise le rapport.

Ellen Van Grunderbeek, experte en ressources humaines chez Acerta, s’attend à ce qu’un plus grand nombre d’entreprises que ce qui a été initialement prévu retourne au « bon vieux temps » d’avant la pandémie. « Je m’attends à un tableau mitigé, certaines entreprises reprenant leurs activités habituelles et ne passant pas au travail hybride. Il s’agira principalement des petites PME ».

« Cela a à voir avec l’échelle, entre autres choses. Si vous avez cinq employés et qu’ils doivent se concerter au sujet de commandes entrantes, il est toujours pratique qu’ils se retrouvent tous sur le même lieu de travail. »

« En revanche, dans la plupart des grandes entreprises qui travaillaient déjà en hybride avant ou depuis le coronavirus, une politique de travail claire a été élaborée. Dans la plupart des grandes entreprises, cela implique souvent l’obligation pour les employés de venir au bureau pendant au moins deux jours et de travailler à domicile ou au bureau pendant les trois autres. »

« Le télétravail sera un facteur permanent de l’organisation dans la plupart des entreprises. Mais le soulagement est grand, tant pour les entreprises que pour les employés », a réagi Hans Maertens, directeur général du Voka, immédiatement après la décision. L’organisation patronale s’attend à ce que de nombreux employés retournent au bureau avec plaisir plusieurs jours par semaine.

Moineau domestique ou moineau de bureau ?

Selon Acerta, de nombreux employés se sont tellement habitués à travailler à domicile qu’ils ne se réjouissent pas du retour aux trajets quotidiens. Reste à savoir si cela devient réellement un argument pour quitter l’entreprise et changer d’employeur.

Van Grunderbeek : « Ce sera un défi de concilier les besoins des deux types d’employés. Vous avez les « home-birds », souvent les employés les plus introvertis, pour qui le travail à domicile est devenu une habitude et qui ont trouvé un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Et puis vous avez les moineaux de bureau, souvent des extravertis qui aspirent entre-temps à plus de contacts sociaux, à travailler ensemble, à déjeuner et à organiser des réunions. »

Si l’employé refuse de revenir au bureau, l’employeur peut interpréter cela comme un refus de travailler et la relation risque de se dégrader rapidement. C’est exactement le scénario que vous devez éviter en tant qu’entreprise, disent les experts en RH, qui conseillent aux employeurs de faire du retour au bureau un événement positif.

Retour obligatoire au bureau ?

Selon M. Van Grunderbeek, dans le contexte actuel – avec la recommandation officielle de travailler à domicile – l’employeur ne peut pas obliger l’employé à venir au bureau. Ce n’est que lorsque cette recommandation tombera également qu’une obligation ferme deviendra possible.

« Votre employeur peut s’attendre à ce qu’il y ait davantage de personnel au travail, mais en réalité il ne peut pas l’exiger. Dans les premières phases de la pandémie, lorsque les chiffres de contamination étaient assez bas, les chefs d’entreprise nous disaient souvent : « Je veux que tous mes employés reviennent ». Légalement, cela ne peut pas être appliqué. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20