Des espions chinois ont infiltré en masse l’armée taïwanaise

De plus en plus d’informations concordent sur une infiltration de l’armée taïwanaise par des espions chinois. Certains officiers militaires de haut rang, ainsi que des gardes du corps personnels de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, sont impliqués dans le complot. Le personnage central semble toutefois être Xie Xizhang, qui s’est fait passer pour un homme d’affaires de Hong Kong pendant 20 ans. C’est ce qui ressort d’un volumineux dossier de Reuters sur l’espionnage chinois.

Cependant, il apparaît maintenant que Xie Xizhang n’est pas un homme d’affaires, mais un « fixeur » du président chinois Xi Jinping lui-même. Xizhang s’arrangeait pour que des officiers de haut rang de l’armée taïwanaise transmettent des informations au gouvernement chinois en échange de dîners, de voyages, de cadeaux, etc. Le personnage central lui-même a déclaré que le gouvernement chinois l’espionnait depuis des années. Ce personnage clé a lui-même fait rapport au Parti communiste chinois et siège également à la Commission militaire centrale de la Chine. Et c’est le président chinois lui-même qui dirige cette commission.

Le plus haut dans le classement

Mais le jeu de Xizhang est terminé : il est maintenant jugé pour espionnage en République de Chine (le nom officiel de Taïwan), comme beaucoup de ses recrues. L’un d’eux est Chang Pei-ning, un officier de marine retraité de l’armée taïwanaise.
Au total, 21 officiers taïwanais en service ou à la retraite, ayant le grade de capitaine ou un grade supérieur, ont été condamnés pour espionnage. Neuf autres sont actuellement en procès ou font l’objet d’un suivi. Parmi eux, le général Chang Che-ping, ancien vice-ministre de la Défense. Il est actuellement interrogé sur sa relation avec Xie Xizhang, mais ne serait qu’un témoin. Cependant, l’espionnage n’a pas seulement eu lieu au sein de l’armée elle-même.

Président

La sécurité personnelle de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a également été infiltrée par des espions chinois. Des cartes du Security Service Centre, le service chargé de la sécurité du président, ont été divulguées. Les plans ont été dessinés à la main, ce qui suggère qu’ils ont bien été dessinés par une personne disposant d’informations privilégiées.

En plus du plan d’étage, les noms, numéros de téléphone et adresses de divers agents de sécurité chargés de la surveillance autour du bureau et de la résidence privée de la présidente ont également été divulgués.

Les services gouvernementaux taïwanais prennent l’espionnage chinois au sérieux, maintenant que les tensions entre Taïwan et la Chine sont en hausse. Le ministère de la Défense nationale a donc décidé de mettre en place une ligne d’assistance téléphonique et même de donner au personnel militaire une formation spéciale pour détecter et capturer les espions.

Histoire

Ce n’est toutefois pas la première fois que les deux Chine s’infiltrent et s’espionnent mutuellement : déjà pendant la guerre civile chinoise, qui a conduit à la création de ce que nous appelons aujourd’hui la République populaire de Chine, les rebelles communistes et le Kuomintang républicain se bombardaient mutuellement d’espions. Des bataillons entiers du Kuomintang passaient au PCC communiste, dirigé par Mao Zedong. Finalement, le président en exercice, Chiang Kai-shek, s’est enfui à Taïwan où il a poursuivi son régime républicain et nationaliste.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20