Comment Poutine se sert des néo-nazis depuis 20 ans

Poutine dit qu’il « dénazifie » l’Ukraine, mais lui-même utilise des éléments d’extrême droite en Russie pour faire avancer son programme depuis 20 ans. Le Kremlin appelle cela du « nationalisme géré », une tentative de coopter et de mobiliser des militants nationalistes radicaux, y compris des néonazis, pour contrebalancer une coalition anti-Poutine émergente de démocrates et de « radicaux de gauche ».

Pourquoi est-ce important ?

Le flirt de Poutine avec les néo-nazis russes a toujours été une stratégie risquée, mais elle n'était pas (de son point de vue) irrationnelle. Contrairement aux nationalistes traditionnels, qui ont tendance à soutenir l'idée d'élections libres, les néonazis rejettent les institutions démocratiques et l'idée d'égalité entre les hommes. Pour un dictateur qui a démantelé la démocratie et construit un régime autoritaire, ils sont des complices idéaux.

L’affirmation de Vladimir Poutine selon laquelle il mène une guerre pour « dénazifier » l’Ukraine n’a aucun sens. L’extrême droite n’a obtenu que 2 % des voix aux élections législatives de 2019 en Ukraine, bien moins que dans la plupart des pays européens. En outre, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est juif, et l’État ukrainien s’efforce de protéger les minorités telles que les Tatars de Crimée et les personnes LGBTQ+, qui sont victimes de persécutions brutales en Russie.

Ce qui a reçu moins d’attention, c’est le propre bilan du régime de Poutine en matière de collaboration avec des extrémistes d’extrême droite. Alors que les diplomates russes condamnaient les « fascistes » dans les États baltes et que les propagandistes du Kremlin se déchaînaient contre les « ukronazis » imaginaires au pouvoir à Kiev, l’État russe cultivait les néonazis locaux.

La naissance du « nationalisme géré »

Les origines de cette relation remontent à la fin des années 1990, lorsque la Russie a été secouée par une vague de violence raciste perpétrée par des bandes de skinheads néo-nazis. Après que Poutine est devenu président en 2000, son régime a exploité cette évolution de deux manières. Premièrement, il a utilisé la menace néonazie pour justifier l’adoption d’une législation anti-extrémisme, une demande de longue date de certains libéraux russes. Finalement, cette législation sera utilisée pour persécuter les démocrates russes.

Deuxièmement, le Kremlin a lancé ce qu’il appelle le « nationalisme géré », une tentative de coopter et de mobiliser des militants nationalistes radicaux, y compris des néonazis, pour contrebalancer une coalition anti-Poutine émergente de démocrates et de « radicaux de gauche ». Moving Together, une organisation de jeunesse pro-Poutine notoirement connue pour sa campagne contre la littérature postmoderne, a fait le premier pas en contactant OB88, le gang skinhead le plus puissant de Russie.

Cette coopération s’est développée à la suite de la révolution orange de 2004 en Ukraine. Pour isoler la Russie de « la contagion des manifestations prodémocratiques », le Kremlin a transformé « Moving Together » en un projet plus ambitieux appelé « Nashi » (« De nous »).

En réponse à Navalny, le Kremlin a commencé à travailler avec les néo-nazis de Russkii Obraz.

Dans le cadre de ses préparatifs pour faire face à un éventuel soulèvement démocratique en Russie, Nashi s’est assuré l’aide des hooligans, dont la sous-culture recoupe celle de l’underground néo-nazi. En 2005, des membres de Nashi ont mené une série de raids contre des groupes de jeunes anti-Poutine. L’attaque la plus violente, qui a laissé quatre militants d’extrême droite hospitalisés, a conduit à l’arrestation des agresseurs. Ils ont été libérés après s’être rendus au poste de police de Nikita Ivanov, le fonctionnaire du Kremlin qui supervisait les organisations de jeunesse loyalistes du régime.

Le scandale qui en a résulté a conduit à une reconfiguration du « nationalisme géré ». Si Nashi s’est distancé des gangs de football, il a fait migrer ses militants radicaux vers deux proxys rivaux du Kremlin, le groupe nationaliste Jeune Russie et le groupe anti-immigration Locals. Ces organisations sont devenues des ponts entre la sous-culture néo-nazie et le Kremlin.

En 2008-2009, le Kremlin s’est senti de plus en plus menacé par les efforts déployés par l’opposant russe Alexei Navalny pour créer une coalition anti-Poutine composée de démocrates et de nationalistes radicaux en Russie. En réponse, le Kremlin a commencé à travailler avec Russkii Obraz (RO), un groupe néonazi pur et dur, surtout connu pour son magazine bien ficelé et le groupe de rock qui porte la bannière de l’organisation, Hook Sprava.

Des centaines de meurtres

Avec l’aide de superviseurs du Kremlin, RO a attaqué les nationalistes qui ont quitté la sous-culture skinhead pour la coalition anti-Poutine de Navalny. En échange, RO a bénéficié d’un accès privilégié à l’espace public et aux médias. Les dirigeants ont tenu des discussions publiques télévisées avec des fonctionnaires de l’État et ont ouvertement collaboré avec Maksim Mishchenko, un membre du parlement du parti au pouvoir. Le plus choquant est peut-être que RO a également organisé un concert du célèbre groupe néonazi Kolovrat sur la place Bolotnaya de Moscou, à portée de voix du Kremlin.

Le problème pour le Kremlin était que le leader de RO, Ilya Goryachev, était un fervent partisan de l’underground néo-nazi, les skinheads qui ont commis des centaines de meurtres racistes en Russie dans la seconde moitié des années 2000. Les autorités avaient fermé les yeux sur la production par RO d’un « documentaire » de deux heures intitulé Résistance russe, qui célébrait ces tueurs comme des héros patriotiques et appelait à la lutte armée contre le régime.

De BORN à l’usine de trolls

Mais ils ne pouvaient ignorer l’arrestation pour meurtre de Nikita Tikhonov, ancien skinhead et cofondateur de RO. Tikhonov était le chef de BORN (« The Fighting Organisation of Russian Nationalists »), un groupe terroriste qui a commis une série de meurtres de personnalités publiques et de militants antifa. Parmi les victimes figurent le célèbre avocat des droits de l’homme Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Baburova. Tikhonov a été reconnu coupable de leurs meurtres en 2011.

L’enquête de police a également révélé que Goryachev considérait BORN et RO comme les plateformes armées et politiques d’une rébellion néonazie, sur le modèle de l’IRA et du Sinn Féin en Irlande et en Irlande du Nord. Les documents judiciaires montrent que si Goryachev rendait compte à ses supérieurs au Kremlin, il conseillait également Tikhonov sur le choix des victimes de meurtre. Goryachev a été reconnu coupable en 2015 d’avoir ordonné le meurtre de nombreuses personnes, dont Markelov.

La publicité négative a détruit la carrière de certains promoteurs des nazis du Kremlin, mais les vétérans de l’OI ont prospéré dans les institutions de propagande du régime de plus en plus autocratique de Poutine. L’une d’entre elles est Anna Trigga, qui a travaillé pour l’Internet Research Agency, l’usine à trolls qui s’est immiscée dans l’élection présidentielle américaine de 2016 et a tenté d’attiser la haine anti-musulmane en Australie. Un autre exemple est Andrei Gulyutin, rédacteur du site web Ridus, une importante plateforme du nationalisme russe pro-Poutine.

Promouvoir les néo-nazis à l’étranger

Le rôle des néo-nazis et d’autres personnalités de droite dans l’attaque de la Russie contre l’Ukraine n’est pas moins important. En 2014, Aleksandr Matyushin de RO a contribué à terroriser les partisans de l’État ukrainien à Donetsk, à la veille de la guerre par procuration menée par la Russie dans l’est de l’Ukraine. Il est ensuite devenu un commandant de terrain clé. Aujourd’hui, Dmitrii Steshin, de RO, répand des mensonges en accusant les opérations sous faux drapeau ukrainiennes d’atrocités commises par les troupes russes.

Le Kremlin cultive les néonazis à l’intérieur du pays et les promeut à l’Ouest. Certains ont renforcé les théories du complot anti-occidentales en tant qu' »experts » sur RT, la chaîne de propagande câblée du Kremlin. D’autres ont servi le Kremlin en tant qu' »observateurs » applaudissant le déroulement d’élections frauduleuses. Pendant ce temps, Rinaldo Nazzaro, un Américain, dirige discrètement la Base, l’organisation terroriste néonazie internationale, depuis un appartement de Saint-Pétersbourg.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20