À quoi pourrait ressembler un accord de paix entre la Russie et l’Ukraine

Alors que les troupes russes sont aux prises avec une Ukraine courageuse, mais meurtrie, de plus en plus de signes, tant à Moscou qu’à Kiev, laissent entrevoir la perspective d’un règlement négocié. Mais à quoi pourrait ressembler un accord ?

Pourquoi est-ce important ?

Un accord pourrait être difficile à supporter pour le peuple ukrainien. Mais Zelensky - qui est considéré comme un héros en Ukraine et au-delà - a désormais acquis la stature pour vendre un accord indigeste et une nouvelle option sur l'avenir de son pays.

La méfiance règne quant aux intentions de Vladimir Poutine : la grande crainte est qu’une ouverture diplomatique russe soit une ruse pour gagner du temps afin de rassembler des renforts pour une deuxième phase d’attaque. Poutine ne parle certainement pas comme un homme de paix. Cette semaine, il a encore traité les Russes qui s’opposaient à l’invasion de « traîtres » et d' »ordures », tout en essayant de présenter la guerre comme rien de moins qu’une lutte pour la survie de la Russie.

Mais la résistance ukrainienne dépassant les attentes face à la puissance supérieure de la Russie – et les sanctions occidentales écrasant l’économie russe -, le Kremlin a peut-être une chance d’obtenir un lot de consolation après tout. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a évoqué cette semaine « l’espoir de parvenir à un compromis ». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dans un discours vidéo que les Russes étaient devenus « plus réalistes » à la table des négociations. Mais à quoi pourrait ressembler un accord ?

Pour la Russie, insister sur la neutralité de l’Ukraine est probablement la demande la plus importante. La guerre trouve son origine dans le désir de l’Ukraine de rejoindre l’Occident. Elle recherche la prospérité et l’autodétermination en adhérant à l’OTAN et à l’Union européenne. Une démocratie florissante à la frontière de la Russie et liée à l’Occident – surtout une démocratie comptant autant de russophones que l’Ukraine – pourrait servir de modèle tentant pour le peuple russe, menaçant l’emprise autocratique de Poutine.

En public, cependant, M. Poutine affirme que la fuite de Kiev vers l’Ouest constitue une menace pour la sécurité de Moscou, même si Washington et ses alliés ont mis en veilleuse l’adhésion de l’Ukraine à ces clubs.

Ce que les Russes veulent absolument

Pour l’Ukraine, toute promesse de neutralité devrait probablement s’accompagner d’une promesse, reconnue par la Russie, que les puissances occidentales lui viendraient en aide si Kiev était à nouveau menacé. C’est peut-être le point le plus difficile pour Moscou, car cela revient à rechercher l’acceptation tactique des puissances alliées, voire de l’OTAN elle-même, impliquées dans la future défense de l’Ukraine. Une clause limitant les types d’armes conservées à l’intérieur de la frontière ukrainienne pourrait être un moyen de rendre la situation plus acceptable pour les Russes.

La guerre en Ukraine a réellement commencé il y a près de dix ans lorsque, après un soulèvement populaire qui a chassé un président en exercice, l’Ukraine a signé un accord d’association avec l’Union européenne et a rejeté un accord de prêt avec la Russie. Le Kremlin, furieux, a répondu en envahissant et en annexant la péninsule de Crimée, tout en parrainant et en envoyant des soldats prendre Luhansk et Donetsk dans la région orientale du Donbas, en Ukraine.

En prélude à l’invasion, l’envahisseur Poutine a reconnu l’indépendance de ces deux provinces séparatistes. Comme condition à la paix, la Russie peut exiger de Kiev et de la communauté internationale la reconnaissance de son annexion de la Crimée, ainsi que le contrôle russe de facto sur le Donbas oriental.

Renoncer à la Crimée une fois pour toutes

Mais ce sont des choses que les Ukrainiens ont promis de ne jamais faire. Pourtant, selon les diplomates, il existe un moyen pour l’Ukraine d’accepter ces points clés et de conserver sa souveraineté.

Tout d’abord, elle devrait accepter de s’imposer une neutralité – en abandonnant officiellement son rêve de l’OTAN, qui est inscrit dans sa constitution. M. Zelensky a déjà laissé entendre qu’il était prêt à le faire et, cette semaine, il a publiquement admis que l’adhésion à l’OTAN n’était pas à l’ordre du jour. Les Russes voudront que cela soit consigné par écrit et pourraient exiger une modification de la Constitution pour contrer les ambitions de Kiev dans le cadre de l’OTAN.

Dans le pire des cas, l’Ukraine pourrait également devoir reconnaître la Crimée comme faisant partie de la Russie, ainsi que l’indépendance de Louhansk et de Donetsk. Ce faisant, elle devrait également tolérer que les « forces de maintien de la paix » russes restent dans le Donbas, contrairement à Kiev qui insiste pour que la Russie retire tous ses soldats de ses frontières.

Malgré son opposition déclarée, certains observateurs considèrent que l’Ukraine pourrait être disposée à peaufiner un accord sur la Crimée et l’est du pays, pour autant que cela implique un retrait plus large des troupes russes et des garanties de sécurité internationales.

L’Ukraine pourrait exiger de fermer la porte de l’OTAN en échange d’une porte ouverte sur l’UE

Un tel accord pourrait être difficile à supporter pour le peuple ukrainien. Mais Zelensky – qui est considéré comme un héros en Ukraine et au-delà – a désormais acquis la stature nécessaire pour vendre un accord indigeste. Si les Russes étaient disposés à reconnaître le droit à l’existence de l’Ukraine et à autoriser les garanties de sécurité occidentales, il pourrait prendre une nouvelle option sur l’avenir de son pays.

Un bonus majeur sur lequel l’Ukraine pourrait insister serait de fermer la porte de l’OTAN en échange d’une porte ouverte à l’adhésion à l’Union européenne. Le négociateur en chef de Moscou, Vladimir Medinsky, a déclaré que Moscou a cité cette semaine l’Autriche et la Suède comme exemples pour l’Ukraine. Ces deux pays neutres hors de l’OTAN sont des membres prospères de l’Union européenne. Mais il n’est pas certain que Poutine envisage sérieusement de permettre à une démocratie florissante d’exister aux portes de la Russie.

Le Financial Times a fait état mercredi d’un accord en 15 points qui a été négocié en grande partie par le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Il prévoyait notamment que l’Ukraine ne deviendrait pas membre de l’OTAN et n’autoriserait pas la présence de troupes étrangères sur son territoire, mais qu’elle pourrait conserver ses forces armées. Toutefois, les Ukrainiens ont minimisé l’importance de ce document en le qualifiant de « projet représentant les demandes russes ». Les responsables américains disent qu’ils n’ont vu aucune indication que Poutine envisage sérieusement de changer de cap.

Ce à quoi pourrait ressembler un accord si la Russie devait effectivement accepter la défaite

Le pire scénario pour la Russie est celui dans lequel Poutine doit effectivement accepter la défaite. Cela pourrait conduire à un accord dans lequel il est convenu que la Russie retire toutes ses troupes d’Ukraine, y compris celles du Donbas. La Crimée continuerait à faire partie de la Russie, mais serait démilitarisée. L’Ukraine serait autorisée à adhérer à l’UE, mais pas à l’OTAN, ce que Poutine, même en cas de défaite, considérera probablement comme une ligne rouge.

En contrepartie, l’Occident lèverait toutes les sanctions à l’encontre de la Russie et accepterait de mener des discussions avec Moscou sur l’avenir de la sécurité et de la défense en Europe. Toutefois, de nombreux observateurs estiment qu’il est peu probable que Poutine l’admette, car cela affecterait son statut dans son pays. Après tout, que signifie un homme fort s’il ne l’est plus ? Poutine a adopté une ligne extrême : il appelle à un changement de régime et insiste sur le fait que Kiev est dirigé par des nazis, bien que M. Zelensky soit juif et que des membres de sa famille soient morts pendant l’Holocauste.

Mais si vous regardez de près, vous pouvez voir des signes subtils d’un changement dans les opinions de Poutine. En particulier, ces derniers jours, il s’est abstenu de réaffirmer les demandes de changement de régime ukrainien. Et il n’a pas utilisé le terme « dénazification » depuis une semaine.

Toutefois, la perspective d’un accord de paix repose sur la compréhension par Poutine qu’il a eu tort au sujet de l’Ukraine. Et si Lavrov a proposé une ouverture, Poutine ne l’a pas fait. L’essentiel est que Poutine pense toujours qu’il s’agit d’une invasion qu’il peut en quelque sorte gagner sur le champ de bataille. S’il parvient un jour à comprendre que ce n’est pas possible, alors les négociations pourront réellement commencer.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20