Comment la créature qui a inspiré Pikachu provoque une tragédie pour six millions de bergers sur le Toit du Monde

Les siffleurs ou pikas ressemblent un peu aux lemmings ou aux marmottes. Ils ont été la source d’inspiration de Pikachu, le plus célèbre des Pokémon. Des animaux mignons, mais passionnément détestés par les quelque six millions de bergers qui gagnent leur vie sur le plateau tibétain. Ils les considèrent comme la cause d’une énorme crise écologique qui menace de faire disparaître la moitié des pâturages où vit leur bétail.

Pourquoi est-ce important ?

Pour les six millions de nomades qui y vivent, le plateau est leur moyen de subsistance. Mais la moitié des pâturages de la région est en danger de disparition.

Les puissants fleuves Jaune, Yangtze et Mékong prennent leur source sur le plateau tibétain, connu comme le château d’eau de l’Asie. Le plateau est également appelé le Toit du Monde – une vaste plaine à 4 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, entourée de tous côtés par d’imposantes chaînes de montagnes, avec les plus hauts sommets du monde. Pour les 1,4 milliard de personnes vivant en aval, le plateau est une source irremplaçable d’eau douce.

Pour les nomades qui y vivent, le plateau est leur moyen de subsistance. Mais la moitié des pâturages de la région risque de s’ensabler. Les communautés locales qui dépendent des pâturages du plateau pour faire paître leur bétail et leurs moutons accusent le pika, le petit mammifère ressemblant à un lapin dont s’inspire le personnage de Pokémon, Pikachu.

L’ensablement se produit lorsque les plantes et le gazon disparaissent complètement d’une prairie. Elle peut être accélérée par les pikas du plateau qui creusent dans le sol. Les nomades tibétains sont convaincus que l’arrivée de pikas provenant de pâturages dégradés annonce la disparition de leurs propres pâturages – selon les croyances traditionnelles, ils arrivent sur le dos des pinsons des neiges. Un tel fléau serait traité ici avec les pièges nécessaires, poison ou autre. Mais comme les nomades sont bouddhistes, il est difficile de tuer les pikas. Au lieu de cela, ils invitent souvent les moines à réciter des prières pour faire partir les pikas.

Un cercle vicieux

Les scientifiques ont découvert que le rôle du pika dans la dégradation des pâturages du plateau est en fait assez complexe. Il y a un plus grand méchant que le petit herbivore : les changements récents dans la façon dont la terre est gérée.

Ce qui ne veut pas dire que le Pika ne joue aucun rôle dans l’histoire. Les pikas du plateau sont des animaux timides et préfèrent vivre dans des prairies de moins de 10 cm de haut. Les prairies à l’herbe courte et au sol nu leur permettent de voir plus facilement leurs prédateurs, comme la buse à ailes hautes. Les pikas ont également le même goût pour les plantes que les 14 millions de yaks du plateau tibétain, ces bovins domestiques à poils longs qui partagent leurs pâturages et mangent généralement dans un rayon de moins de 10 mètres autour de leur litière. Une fois que les pikas s’installent sur les pâturages occupés par les yaks, la quantité de plantes comestibles diminue, de sorte que les yaks paissent sur les zones adjacentes où l’herbe est plus haute et vierge. En broutant les herbes hautes, les yaks créent alors de meilleurs habitats pour les pikas, notamment en été, lorsque la taille moyenne des familles de pikas augmente.

Les pikas du plateau peuvent produire jusqu’à cinq portées par an. Il convient donc de contrôler l’intensité du pâturage des yaks domestiqués pour les empêcher de rendre de nombreux habitats propices aux pikas, afin de limiter la rapidité et l’importance de la croissance des populations de pikas.

Le vrai problème : les clôtures

Mais la garde du bétail prend beaucoup de temps et ce type de gestion des terres est difficile à réaliser. Dans de nombreuses parties des zones de pâturage du plateau, le nombre de têtes de bétail a atteint son maximum dans les années 1980 et 1990. Les terres qui étaient autrefois communales ont été morcelées en ménages individuels dans les années 1990. Au début des années 2000, les nomades désormais sédentaires ont commencé à installer des clôtures métalliques le long des limites de leurs terres pour empêcher leur bétail de s’égarer et pour le protéger des loups. Cela signifie que les bergers n’avaient plus à garder et à rassembler leur bétail.

Cependant, confinés à l’intérieur de clôtures, les yaks et les moutons peuvent paître où ils veulent. Si les pikas sont dans les parages, ils peuvent facilement franchir les clôtures et se disperser dans ces zones surpâturées. Le fait que les nomades ne puissent plus déplacer leur bétail aussi librement qu’auparavant a donc eu pour conséquence que le pâturage intensif a créé un environnement idéal pour le développement de ces petits mammifères.

De plus en plus de voix s’élèvent pour demander l’abattage des pikas, tandis que d’autres soutiennent qu’ils jouent un rôle crucial au bas de la chaîne alimentaire, en soutenant les populations de renards, de belettes, de putois et d’oiseaux de proie, et qu’ils doivent donc être protégés. En réalité, le pika des plateaux joue un rôle central dans cette crise, mais les changements dans l’usage des terres par les nomades locaux constituent le véritable problème. Garder l’herbe à plus de 10 cm, ce qui donnerait aux pikas moins d’espaces propices pour se reproduire, signifierait aussi moins de nourriture pour les yaks, et la plupart des nomades ne peuvent pas se permettre de perdre le rendement en viande, beurre et lait qu’ils obtiennent de leur bétail. Des subventions gouvernementales plus précisément liées à la taille du troupeau de chaque famille pourraient compenser les nomades qui laissent des zones non pâturées.

La clé pour sauver les pâturages du plateau n’est donc pas de diaboliser le pika, mais de développer une solution culturellement acceptable qui permette à la fois de contrôler les populations de ce mammifère sauvage et de permettre aux nomades de continuer à vivre dans la nature.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20