Le comble de la crise du ciel: un des principaux gestionnaire des valises dans les aéroports conseille de ne prendre que des… bagages à main

Suite aux retards de nombreux bagages, Swissport, un important prestataire de services au sein des aéroports européens et qui s’occupe notamment de la gestion des bagages, propose une solution radicale : ne pas mettre de bagages en soute et voyager léger, avec un bagage à main uniquement. À côté de cela, certains passagers équipent leurs bagages de trackers GPS pour ne pas perdre de vue leur valise.

Entre les grèves, les annulations de vols et les limitations de passagers (comme à Heathrow), le départ en vacances s’annonce compliqué pour les voyageurs qui espéraient pouvoir partir en vacances comme avant, après deux ans de pandémie et de complications.

Pour ceux qui arrivent à passer entre les gouttes et à embarquer dans un vol, tout n’est pas gagné pour autant. Les compagnies aériennes et les aéroports manquent de personnel, notamment à cause d’une lente reprise après la pandémie. À tel point que les bagages ne suivent souvent pas l’avion dans lequel les propriétaires sont montés et arrivent avec beaucoup de retard.

Eviter les bagages en soute

La situation autour des bagages est tellement tendue qu’un des principaux prestataires de service pour les aéroports en Europe, Swissport, qui prend notamment en charge la gestion des bagages, conseille de ne prendre que des bagages à main, et de ne pas mettre de valise en soute, rapporte BFM Business.

Le prestataire de services n’est pas le seul à proférer ces conseils. Le directeur de l’aéroport de Francfort, Stefan Schulte, fait le même appel. Il ajoute qu’avoir des bagages de formes et de couleur différentes de la traditionnelle « valise noire à roulettes » peut aider à les identifier plus rapidement.

Que le responsable des bagages demande à ce que les passagers prennent uniquement des bagages à main, cela a un côté quelque peu ironique, surtout que cela peut vite devenir compliqué, car un bagage à main ne convient pas à tout type de voyageur ni à tout type de voyage et que les compagnies ont des règles strictes pour ces bagages. Mais cela témoigne aussi de la véritable crise que traverse le secteur du ciel, qui se retrouve complètement débordé par la demande. Cette crise vient à un moment crucial où de nombreux pays comptent sur le coup de pouce du tourisme pour relancer leurs activités économiques. Surtout que la récession pointe déjà le bout de son nez sur le continent européen.

Des trackers dans les bagages

Face à ce problème des bagages perdus, les compagnies tentent de s’organiser, en envoyant des avions spécialement pour récupérer les bagages ou en envoyant leurs propres équipes pour récupérer les bagages de leurs clients. Mais les voyageurs aussi veulent s’armer contre la perte de leurs bagages, et certains n’hésitent pas à mettre un tracker, ou une puce GPS, dans leur bagage, comme les AirTag d’Apple ou autres modèles, comme ceux de Tile, pour garder un oeil sur leur bagage, rapporte Korii.

On peut alors certes suivre son bagage, mais encore faut-il y avoir accès. Les bagages sont par exemple gardés dans des endroits fermés au public, et il faudra de toute manière attendre le feu vert des compagnies pour aller récupérer sa valise. Aussi, les services clients, si on souhaite accélérer le procédé en fournissant les informations sur la localisation du bagage, sont tout autant débordés que les autres domaines du ciel.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20