Combien de temps encore l’argent liquide restera-t-il roi ?

Les commerces seront obligées de proposer au moins une option de paiement électronique ou numérique à partir du 1er juillet 2022. Dans le même temps, de plus en plus d’entreprises développent des applications de paiement qui rendent la sortie du portefeuille complètement inutile. En d’autres termes, l’argent liquide aura plus de mal à circuler.

Pourquoi est-ce important ?

Les gouvernements et les entreprises cherchent toutes sortes de moyens pour rendre l'argent superflu. Cela présente déjà un gros avantage pour le gouvernement : moins d'argent noir en circulation. Après tout, il est plus facile de détecter une fraude ou une évasion fiscale lorsqu'il y a moins d'argent liquide qui voyage.

Lorsque vous vous rendez aujourd’hui dans une boutique locale, il y a de fortes chances que l’on vous demande de payer en espèces. À ce jour, tous les magasins ne disposent pas de solutions de paiement électronique ou numérique. Toutefois, cela changera à partir du 1er juillet 2022. À partir de cette date, les entreprises seront obligées de proposer au moins une forme de paiement numérique ou électronique.

Lutte contre l’argent liquide

La bataille contre l’argent liquide se poursuit depuis un certain temps en Belgique. Dans notre pays, par exemple, vous êtes autorisés à payer un vendeur ou un fournisseur en espèces pour un montant maximum de 3 000 euros. Pour tous les paiements plus importants, vous devez utiliser une option de paiement électronique ou numérique, comme un transfert d’argent. Toutefois, cette législation ne s’applique pas aux transactions entre particuliers. Par exemple, vous ne devez pas tenir compte du plafond si vous achetez une voiture d’occasion à un autre particulier.

Il n’est pas nécessaire de chercher bien loin pour comprendre pourquoi l’État est si désireux de pousser l’argent liquide vers la sortie. Après tout, l’argent liquide rend difficile la traçabilité de l’argent noir. Par exemple, en obligeant les entreprises à proposer au moins une option de paiement électronique ou numérique, l’augmentation des enregistrements numériques qui en résulte permet aux services d’inspection de repérer plus facilement les fraudes potentielles.

Les applications de paiement donnent un coup de pouce au gouvernement

Le gouvernement reçoit également le soutien de diverses entreprises. De plus en plus de fintechs et autres entreprises développent une application pour nous aider à réguler l’ensemble de notre vie financière. Ce faisant, ils vont au-delà de la simple offre d’une solution de paiement. Pensez, par exemple, à la possibilité de garder une trace numérique de toutes vos cartes de fidélité ou à un système d’alerte qui vous prévient lorsque vous pouvez bénéficier d’une bonne réduction quelque part.

Un exemple récent d’une telle application tout-en-un est celui de la société de paiement suédoise Klarna. Cette société a lancé son application de shopping tout-en-un en début de semaine. « La seule application dont les consommateurs ont besoin », a-t-elle déclaré lors du lancement. Paypal a également lancé récemment une nouvelle application pour répondre aux besoins financiers des consommateurs. Grâce à cette nouvelle application, vous pouvez non seulement gérer vos paiements numériques aux boutiques en ligne, mais aussi recevoir de l’argent de vos amis, payer par codes QR et même chatter avec un autre utilisateur.

Ces applications ne feront que rendre les paiements numériques plus attrayants, de sorte que nous utiliserons encore moins d’argent liquide. Lorsque vous pourrez payer partout de manière numérique ou électronique, il ne sera même plus nécessaire de porter un portefeuille lorsque vous vous rendrez dans un magasin.

La crise de Corona joue aussi des tours à King Cash. Les chiffres de PayConiq montrent qu’avec 1,65 milliard de transactions, 2020 a été une année record pour les paiements électroniques, soit 10 % de plus qu’en 2019. Dans le même temps, des espèces ont été retirées d’un distributeur automatique de billets 6,7 millions de fois l’année dernière. C’est un tiers de moins qu’en 2019. En raison de la pandémie, davantage de personnes ont payé sans contact, par exemple, car il s’agit d’une option de paiement plus sûre.

Les inconvénients de la numérisation

Alors que le gouvernement espère augmenter ses recettes en bannissant autant que possible l’argent liquide de notre société, ce même gouvernement risque de perdre beaucoup d’argent s’il n’est pas capable d’apporter une réponse à cette autre évolution numérique : les cryptomonnaies. Ces pièces numériques suscitent l’imagination de nombreux épargnants et investisseurs car elles échappent à la surveillance du régulateur central. Par exemple, une banque centrale ne peut pas réduire la valeur d’une cryptomonnaie en imprimant des pièces supplémentaires. En outre, les cryptomonnaies échappent généralement à l’œil bienveillant des autorités fiscales.

Le gouvernement belge n’a pas encore apporté de réponse appropriée sur la manière dont les cryptomonnaies devraient être utilisées et taxées. En théorie, vous ne devez pas payer d’impôt sur les plus-values si vous investissez votre capital comme « un bon père de famille ». Toutefois, vous êtes tenu de payer un impôt sur les plus-values de 33 % si vous spéculez. Toutefois, la frontière entre la spéculation et l’investissement avec une diligence raisonnable peut être très mince. Il est très difficile pour les autorités fiscales de savoir comment vous investissez. Tant que vous ne convertissez pas vos bénéfices en euros, les autorités fiscales n’ont que peu ou pas d’idée du nombre de cryptos que vous possédez.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20