Coalition fédérale: Paul Magnette ‘en a vraiment, vraiment assez’ et tance la N-VA

Frederic Sierakowski / Isopix

Paul Magnette adressait ses bons vœux à Obaix ce jeudi soir. Mais le président du parti socialiste n’a pas fait dans la dentelle. Il dénonce les ‘manœuvres dilatoires et les ambitions personnelles’ qui plombent le pays. La N-VA est bien entendu visée.

Le PS a cru à un arc-en-ciel, puis à une coalition Vivaldi, mais plus d’un an après la chute du gouvernement, aucune formation de coalition n’est pour l’instant à l’oeuvre. Pire, un scénario qui exclurait le PS (et qui placerait les francophones une nouvelle fois en minorité) a circulé ces dernières heures.

La faute à Bart De Wever, mais aussi au parti socialiste flamand (sp.a) qui a saisi la main tendue par le président des nationalistes, soudainement adepte d’un virage plus social.

Lire aussi : Coalition fédérale: quand les sorties du sp.a fragilisent… le PS

Magnette tape sur la N-VA mais ne dit pas ‘non’

Le Carolo en a ‘assez, vraiment assez, vraiment vraiment assez de ces petites manœuvres dilatoires et ambitions personnelles qui empêchent les avancées dans notre pays.’

Il poursuit son attaque contre les nationalistes: ‘Nous ne sommes pas dupes. Nous savons que certains veulent seulement démontrer que la Belgique ne fonctionne pas. Cette attitude fait le lit des extrêmes.’ Il s’adresse ensuite directement à Bart De Wever: ‘Ne vois-tu pas que le monde brûle?’

On notera que Paul Magnette n’a pas prononcé un ‘non’ fatidique contre la N-VA. S’eut été, il est vrai, pas la meilleure des tactiques. Le PS ne peut et ne veut pas passer pour le parti qui dira ‘non’. Et d’ajouter: ‘Que ceux qui disent faire des ouvertures le démontrent.’

Ce qui est certain, c’est que le président des socialistes ne veut pas d’une Suédoise bis, du nom de la précédente coalition avec le seul MR côté francophone, laminée lors des dernières élections. ‘Ce gouvernement des droites nous a laissé une dette abyssale de 11 milliards d’euros.’ Le PS veut maintenant ‘une majorité pour plus de justice sociale’.

PS et sp.a ? Tout va bien…

Et qui était invité aux vœux du Nouvel An du PS ce soir à Obaix dans le Hainaut? Un certain Conner Rousseau, tout frais et jeune président du sp.a. Le jeu de communication pouvait commencer: ‘Avec le sp.a nous sommes deux partis, mais une seule famille, la première du pays. Certains l’oublient’, a déclaré Paul Magnette avant de laisser parler son homologue flamand.

Et en français: ‘J’ai un message pour ceux qui veulent diviser ce pays: ils ne réussiront jamais. Comme ils ne réussiront pas à diviser la famille socialiste.’

Il semblerait, comme l’a laissé entendre Bruno Tobback (sp.a) ce matin sur les antennes de La Première, que les sorties de Johan Vande Lanotte (sp.a) et Freya Vanden Bosche (sp.a) n’étaient visiblement pas concertées.

Lire aussi : Sans gouvernement, l’économie belge est-elle en danger?