C’est la peur de perdre le contrôle qui pousse les banques centrales à créer leurs monnaies numériques

Voir leur pouvoir diminuer, voilà la motivation des institutions monétaires pour développer leurs propres cryptomonnaies. Cette affirmation ne vient pas d’un groupuscule de crypto-enthousiastes, mais de la deuxième plus grande banque des États-Unis en termes de dépôts et de capitalisation de marché.

L’argent numérique constitue un système de paiement beaucoup plus efficace que l’argent liquide, pense-t-on à la Bank Of America. Et à ce titre, les monnaies numériques de banques centrales (MNBC) pourraient remplacer complètement le cash dans un lointain avenir.

« L’adoption des MNBC est inévitable », affirment dans un récent rapport les stratégistes pour les marchés de change de BofA. Pour plusieurs raisons à leur avis, telles que la disparition de la monnaie physique ou l’adoption de la blockchain par le secteur privé.

Mais outre ces circonstances externes, face à la pénétration des cryptos dans la finance et l’économie traditionnelle, les banques centrales s’inquiètent aussi (surtout?) de perdre leur contrôle monétaire.

Concurrence privée et guerre des monnaies

« Sans l’introduction d’une monnaie numérique propre à un pays, les banques centrales pourraient voir une perte progressive du contrôle monétaire au profit du secteur privé si le public adopte peu à peu une cryptomonnaie mondiale ou la CBDC d’un autre pays », note la division FX de Bank Of America.

Il est vrai que la demande du public pour les cryptomonnaies est de plus en plus forte. Rien que le bitcoin affiche une capitalisation de marché d’environ 1.000 milliards de dollars.

Ajoutez à cela des projets d’envergure, à l’instar de la cryptomonnaie de Facebook nommée Diem (anciennement Libra), et les craintes des banques centrales apparaissent légitimes.

Perturbations économiques

« Dans certains cas, la perte de contrôle monétaire pourrait entraîner une inflation bien supérieure aux objectifs actuels des banques centrales », poursuivent les analystes.

Et les pays sans MNBC pourraient alors potentiellement finir par perdre le contrôle de leur politique monétaire au profit des pays dotés de leur propre devise numérique.

Sans oublier que l’activité financière se déroulant en dehors du système bancaire réglementé (l’écosystème crypto en d’autres mots) pourrait créer des risques pour la stabilité financière, épingle la BofA.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés