Ces emplois présentent les plus hauts niveaux de mortalité dus au coronavirus

Isopix

Une étude réalisée en Californie sur les décès liés au Covid-19 montre que les risques de mourir de cette maladie dépendent également de l’emploi que vous exercez.

Plusieurs chercheurs de l’Université de Californie se sont penchés plus attentivement sur les morts dus au Covid-19 dans leur État. Ils ont surtout retenu les décès des personnes en âge de travailler et les ont comparés aux décès dans cette même tranche d’âge au cours des 4 dernières années. Conclusion: certaines professions sont plus représentées dans les décès liés au coronavirus.

Les secteurs alimentaires et agricoles surreprésentés

Le nombre de décès parmi les travailleurs dans les secteurs alimentaires et agricoles a augmenté de 39% depuis le début de la pandémie, selon cette étude. Le virus semble surtout provoquer des décès parmi les personnes hispaniques ou afro-américaines travaillant dans ces domaines d’activité. La mortalité a en effet augmenté respectivement de 59% et 34% dans ces deux catégories de la population. Les décès chez les travailleurs blancs n’ont par contre augmenté que de 16%.

L’étude montre que ce sont les cuisiniers qui ont connu la plus grande augmentation de décès à cause de cette pandémie: 60% de morts en plus dans cette profession ont été constatées. Viennent ensuite les opérateurs sur les machines de remplissage et d’emballage dans l’industrie alimentaire avec une hausse de 59%. Les travailleurs agricoles enregistrent quant à eux une surmortalité de 55%.

Les 10 professions les plus risquées (en temps de pandémie)

  • Cuisiniers : +60%
  • Opérateurs sur des machines de remplissage et d’emballage : +59%
  • Travailleurs agricoles : +55%
  • Boulangers : +50%
  • Ouvriers dans la construction : +49%
  • Ouvriers de production (dans d’autres filières) : +46%
  • Opérateurs sur des machines à coudre : +44%
  • Employés dans le secteur de la distribution : +44%
  • Personnel d’entretien : +40%
  • Employés au service client : +37%

Des emplois mal payés

‘Ce sont principalement des emplois faiblement rémunérés occupés par des personnes issues de l’immigration’, explique Kate Duchowny, biostatisticienne à l’Université de Californie, dans une interview accordée à Yahoo Finance. ‘Ils ne portent pas toujours les équipements de protection ou n’ont pas les ressources financières pour se protéger eux-mêmes lorsqu’ils travaillent.’

Les confinements ont réussi à ralentir la progression du virus et à protéger les travailleurs en télétravail. Mais l’étude montre que les personnes qui ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail couraient un risque bien plus élevé de mourir, que ceux qui pouvaient rester à la maison pour travailler.