L’Allemagne va déployer son bouclier anti-missile en Pologne

Après le crash d’un missile qui a fait deux morts dans l’est de la Pologne, l’Allemagne va fournir à son voisin oriental des avions de chasse Eurofighter, mais surtout des systèmes antiaériens et antimissiles Patriot.

Pourquoi est-ce important ?

Du point de vue de l'UE comme de celui de l'OTAN, la Pologne se trouve en première ligne face au conflit russo-ukrainien. Avec la crainte d'une extension du conflit, d'autant plus vive après le crash d'un missile intercepteur ukrainien qui a fait deux morts. De quoi nourrir le projet allemand de défense antimissile en commun.

Le contexte : la Russie continue sa campagne de frappe contre les villes et les infrastructures civiles ukrainiennes. Une tentative de faire céder l’opinion du pays face à la guerre. Mais aussi peut-être de mettre la pression sur les pays voisins, en particulier la Pologne, en visant des cibles proches de la frontière occidentale ukrainienne. Une bavure comme celle de la semaine passée pourrait contribuer à retourner les opinions occidentales.

  • Depuis le début de la guerre, la Pologne craint une extension du conflit. Le pays est fort impliqué tant dans l’aide humanitaire aux réfugiés que dans l’aide militaire à son voisin oriental. Il craint maintenant pour sa propre sécurité.
  • L’impact d’un missile – très vraisemblablement un intercepteur sol-air ukrainien – ayant fait deux morts sur le sol polonais a rendu cette crainte d’autant plus réelle.
  • Berlin veut rassurer Varsovie en renforçant les défenses antiaériennes polonaises.

L’actualité : l’Allemagne a offert à son voisin le système de défense antimissile Patriot pour l’aider à sécuriser son espace aérien. Une offre qui s’ajoute à la promesse, jeudi dernier, d’un renfort d’avions de chasse Eurofighter, là aussi destinés à la protection de l’espace aérien polonais.

  • Le système de missile sol-air à moyenne portée Patriot MIM-104 combine un système avancé de missile d’interception antiaérienne et l’un des radars les plus performants du monde pour le suivi de cibles. L’Allemagne de l’Ouest disposait de 36 unités Patriot pendant la Guerre froide, rappelle Euractiv. L’armée allemande en possède encore 12, dont deux sont déployés en Slovaquie.
  • En octobre dernier, une douzaine de membres de l’OTAN, menés par l’Allemagne, ont donné le coup d’envoi d’une initiative visant à acquérir en commun des systèmes de défense aérienne capables de les protéger contre tout type de menace, y compris les missiles – russes, principalement. Une affaire tragique comme celle de la semaine dernière ne peut qu’apporter de l’eau au moulin allemand.

« Un système de défense aérienne bâtit conjointement en Europe serait non seulement moins cher et plus efficace que si chacun de nous construisait sa propre défense aérienne. […] Ce serait un gain de sécurité pour toute l’Europe et un excellent exemple de ce que nous voulons dire lorsque nous parlons de renforcer le pilier européen de l’OTAN »

Olaf Scholz, le 29 août dernier, à l’Université Charles de Prague.

L’enjeu : le danger que représente la Russie à l’est a motivé les pays européens à lancer de grands programmes de réarmement. C’est particulièrement vrai de la Pologne, qui modernise son armée à toute vitesse. Jusqu’à devenir un futur pilier de la défense européenne ?

  • La Pologne souhaite acheter jusqu’à 220 systèmes de missiles HIMARS, les fameux engins mobiles à longue portée made in the USA dont les Ukrainiens font grand usage. La Pologne pourrait bien devenir l’armée la mieux fournie en HIMARS, après celle des États-Unis.
  • La Pologne a déjà passé commande de 20 systèmes, qui seront livrés à partir de 2023. Si le nouvel accord n’a pas encore été signé, il semblerait que Varsovie ait envisagé une commande encore plus massive, mai l’armurier Lockheed Martin n’arrive pas à suivre la demande.
  • Le pays va donc diversifier ses systèmes en se fournissant aussi chez le Coréen Hanwa Defense, qui doit lui livrer 288 systèmes de missiles Chunmoo.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20