Batteries des véhicules électriques: l’Europe vise l’autonomie dès 2025

Vue d’un élément de batterie d’une voiture électrique Mercedes-Benz de type EQC, à l’usine Mercedes-Benz de Sebaldsbrueck en Allemagne. (EPA-EFE/DAVID HECKER)

Selon le vice-président de la Commission européenne, Maros Šefčovič, l’UE pourrait être en mesure, d’ici 4 ans, de produire suffisamment de batteries pour couvrir les besoins de son industrie automobile et jeter les bases d’une capacité d’exportation. La Chine assure actuellement 80% de la production mondiale de batteries lithium-ion.

‘Je suis persuadé que d’ici à 2025, l’UE sera en mesure de produire suffisamment de cellules de batteries pour répondre aux besoins de l’industrie automobile européenne, ainsi que pour jeter les bases de notre capacité d’exportation’, a déclaré Maros Šefčovič, lors de la conférence européenne en ligne sur les batteries organisée cette semaine.

Quinze usines de fabrication de batteries à grande échelle sont actuellement en cours de construction en Europe. Selon Maros Šefčovič, les projets déjà prévus permettront de produire d’ici 2025 suffisamment de cellules pour alimenter 6 millions de véhicules électriques. Mais dans la mesure où la Commission estime qu’environ 13 millions de véhicules électriques ou hybrides seront en circulation d’ici là, cela signifie que des investissements supplémentaires seront encore nécessaires. À cette fin, le plan de relance européen de 750 milliards d’euros constitue un ‘outil déjà prêt’, a estimé le vice-président de la Commission.

Batteries ‘vertes’

Un autre défi de l’Europe sera de garantir que les batteries produites ou importées sur le continent soient ‘les plus vertes de la planète’, comme l’expliquait Maros Šefčovič dans une précédente interview accordée au site Euractiv. À cet effet, la Commission européenne devrait proposer prochainement de nouvelles normes concernant l’empreinte carbone des batteries.

Actuellement, ‘même si nous effectuons l’extraction du lithium, nous devons ensuite l’envoyer en Chine pour qu’il soit raffiné et l’empreinte carbone le rend alors moins attrayant pour les consommateurs qui voudraient par exemple acheter une voiture électrique’, a encore expliqué Maros Šefčovič.

C’est pourquoi il est indispensable de mettre en place une chaîne d’approvisionnement plus locale pour les véhicules électriques. Et les nouvelles règles voulues par l’Europe doivent permettre au marché européen des batteries ‘propres’ de se développer plus facilement.

Lire aussi: