Avec cette nouvelle loi, la France pourrait devenir un exemple à suivre pour un secteur aérien décarbonné

(Alain Apaydin/ABACAPRESS.COM – Isopix)

Ce weekend, une initiative pour limiter la pollution du secteur aérien a été proposée à l’Assemblée nationale. Son principe est simple : interdire tout vol intérieur dont le voyage est réalisable en train en moins de 2h30. Une législation pionnière, mais qui pourrait aller plus loin, selon certaines associations environnementales.

Le secteur aérien est responsable, au niveau mondial, de 2% des émissions de carbone, responsables du réchauffement climatique. Et les vols court-courriers sont les plus polluants. C’est donc vers ce secteur que se sont tourné les politiques français pour créer de nouvelles lois climatiques.

La France avait déjà, lors de son premier financement d’Air France-KLM, que les vols court-courriers prennent fin, dans une volonté de décarboniser la compagnie. Mais cette législation interdirait ce type d’itinéraire à toutes les compagnies présentes en France. En plus de réduire les émissions, cette loi aurait aussi comme effet d’éviter une concurrence déloyale d’autres compagnies sur les vols court-courriers.

Faire progresser l’électrique

Cette loi pour le climat pourrait également pousser les constructeurs aéronautiques à accélérer leurs recherches sur des engins électriques. En effet, la loi n’interdira pas les avions non polluants sur ce type d’itinéraire. Il y aura donc tout un marché à aller saisir pour les compagnies qui pousseront les fabricants à proposer rapidement des alternatives aux combustibles polluants. Les projets pour des avions électriques ou à l’hydrogène ont déjà été dévoilés, mais aucun prototype n’a encore été réellement produit.

Mais la loi ne s’arrête pas à certains voyages court-courriers. Elle imposera également la création de programmes de compensation des émissions pour tous les vols intérieurs. En outre, la création ou l’expansion d’aéroport sera rigoureusement contrôlée afin que ces projets ne conduisent pas à l’augmentation des émissions de CO2.

Cette proposition de loi est encore loin d’être acquise. Les députés l’ont validée en première lecture, mais elle doit encore passer au Senat. Toutefois, si cette réglementation est finalement votée – sans de trop grands changements – la France deviendra une pionnière dans ce domaine et montrera peut-être l’exemple pour d’autres pays dans le monde.

Les associations environnementales

Cette initiative peut donc être applaudie. Mais les organisations luttant pour la protection de l’environnement souhaitent que le gouvernement français aille plus loin. La durée de 2h30 est, selon les associations, trop courte et laisse encore énormément de vols intérieurs.

En outre, ‘l’UE et les gouvernements européens, France incluse, devraient interdire tous les vols courts intérieurs et transfrontaliers lorsque les passagers peuvent utiliser des transports moins polluants comme le train ou le bus’, a déclaré Greenpeace EU à Bloomberg. Par exemple, les vols Bruxelles-Paris seraient de interdits.

Enfin, le groupe climatique Transport & Environnement se montre encore plus extrême et demande de rendre obligatoire ‘l’utilisation de carburéacteur plus vert’ et d’augmenter la taxe carbone pour obliger les compagnies aériennes à se tourner vers des alternatives écologiques.

En savoir plus: