72% de chances que la Fed déclenche une récession américaine dans les deux ans, selon une étude

L’inflation galopante aux États-Unis et la stratégie adoptée par la Fed – critiquée par certains – pour la freiner pourraient provoquer une récession de l’économie américaine. Pour beaucoup, c’est une évidence, pour d’autres, la Réserve fédérale a encore une marge de manœuvre, mais selon une récente étude, les chances d’éviter un tel scénario sont minimes.

Les prochaines élections présidentielles américaines de 2024 pourraient être entachées par une situation économique particulièrement difficile. La stratégie adoptée par la Fed pour freiner l’inflation galopante pourrait en effet provoquer une récession dans les deux ans à venir. C’est en tout cas la conclusion à laquelle sont arrivés les experts de Bloomberg Economics.

Éviter la récession sera difficile

Selon les estimations du média américain, les actions de la Réserve fédérale pour freiner l’inflation ont 72% de chances de créer un ralentissement de l’économie américaine d’ici le premier trimestre 2024. Une perspective qui a changé du tout au tout, car en février encore, les mêmes modèles ne prévoyaient presque aucune chance de récession et la probabilité d’un ralentissement de l’économie était inférieure à 20% en mars. En quelques mois, l’inflation aux États-Unis a atteint des sommets et a changé la donne.

De quoi pousser la Fed à prendre des mesures fortes. La semaine dernière, la Réserve fédérale a ainsi relevé les taux de références de 75 points de base, la plus forte hausse depuis 1994. Elle avait préalablement augmenté les taux de 50 et 25 points de base. Le président de la Fed, Jerome Powel, n’exclut d’ailleurs pas de nouvelles hausses importantes, de 50 voire 75 points de base, au cours des prochaines semaines.

Malgré ces prédictions effrayantes pour les investisseurs, l’homme avait assuré qu’il n’y avait « aucun signe » d’un ralentissement plus large de l’économie américaine. D’après la Banque centrale, une récession restait peu probable.

Pas de second mandat pour Biden ?

Malheureusement pour l’actuel président, si une récession il devait y avoir, cela pourrait bien lui coûter son second mandat, surtout si le ralentissement a lieu en parallèle de la campagne présidentielle. L’histoire l’a en effet déjà prouvé par le passé, lors de précédent épisode de récession, avec notamment Jimmy Carter et George HW Bush.

Une menace dont est bien consciente la Maison-Blanche qui a déjà précisé que l’inflation n’était en aucune façon la faute de Biden. Elle a d’ailleurs précisé que la santé de l’économie était meilleure que ce que les Américains pensaient.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20