C’est confirmé: la Fed hausse les taux d’intérêt de 0,75%

Alors que ces dernières semaines, le marché s’attendait encore à une hausse d’un demi-point de pour cent, la Réserve fédérale, banque centrale des Etats-Unis, a décidé de hausser le ton, et de passer aux trois quarts d’un point de pour cent. C’est qu’en mai, l’inflation est remontée d’un cran pour atteindre 8,6%, a-t-on appris vendredi.

Depuis le début de la semaine, le monde économique s’attendait de plus en plus à une hausse du taux d’intérêt plus forte que prévu, et c’est désormais chose faite : la Fed a décidé d’augmenter le taux d’intérêt d’un quart de pour cent. C’est ce que confirment des sources sûres au Wall Street Journal, juste avant la prise de parole du président de l’institution, Jerome Powell, suite à la réunion sur les mesures à prendre pour freiner l’inflation. La réunion, appelée Federal Open Market Committee, a débuté mardi et dure toujours deux jours. Elle est scrutée par les traders du monde entier.

Il s’agit de la plus forte hausse en quasi 30 ans (depuis 1994). Les taux d’intérêt principaux de la Réserve s’établissent désormais à entre 1,50 et 1,75%.

« Nous, à la Fed, comprenons la situation difficile que pose l’inflation », annonce Jerome Powell en ouverture de la conférence de presse, « et nous ferons tout pour la réduire. »

Prévisions

Jerome Powell donne aussi ses prévisions pour l’économie américaine. La croissance est estimée à 1,7% pour la fin de l’année. L’inflation est estimée à 5,7% pour la fin 2022, et elle ne redescendra à environ 2% qu’en 2024. En 2023, elle devra être à 2,6%.

0,5 point? Pas assez

A la réunion de mai, les gouverneurs s’attendaient à ce qu’à la réunion de juin, le taux soit encore augmenté de 0,5 point de pour cent, mais avec l’inflation la donne a changé. « On s’attendait à ce que l’inflation baisse, mais les conditions financières se sont aggravées », se souvient Powell.

Une hausse de 0,75 ppc est désormais déjà envisagée pour la réunion fin juillet, mais cela devra encore être réanalysé lors de la prochaine réunion réunion. Pour la fin de l’année, le taux devrait atteindre 3,4% (contre une estimation de 1,9% en mars), puis 3,8% en 2023, avant de redescendre à 3,4% en 2024.

La Fed veut aussi drastiquement réduire son balance sheet, c’est-à-dire les avoirs financiers en sa possession.

Marché du travail : le noeud du problème?

Aux Etats-Unis, un marché du travail où chaque candidat trouve deux postes ouverts, les salaires augmentent fortement, ce qui donne également un coup de pouce à l’inflation. Powell souhaiterait alors réduire la pression du marché du travail, mais sans provoquer de forte augmentation du taux de chômage. Il est actuellement à 3,6%, ce qui est une valeur historiquement basse. Selon des estimations, il devrait augmenter à 4,1% en 2024. Mais Powell estime aussi qu’un marché du travail en bonne forme est un puissant allié pour réduire l’inflation tout en évitant la récession.

Powell estime aussi que l’économie américaine est encore en bonne forme, et il ne voit pas de recul des dépenses des consommateurs, malgré une chute de la confiance. Il estime aussi que l’économie est encore dans des taux de croissance « sains », malgré un ralentissement. Il souligne qu’elle est encore loin de la récession.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20