Voici cinq grandes entreprises qui souffrent de la pénurie d’énergie en Europe

Les industries européennes à forte intensité énergétique, qui constituent le cœur de la capacité de production du continent, subissent la pression de la hausse des prix du gaz.

Certaines entreprises ont commencé à réduire leur production car les coûts élevés la rendent non rentable. Et ce, avant même que l’hiver ne s’installe et que les Européens ne commencent à allumer leurs poêles, ce qui pourrait réduire les faibles réserves de gaz à un niveau critique.

L’offre du président russe Vladimir Poutine, mercredi, de stabiliser le marché a calmé les marchés, mais la crise n’est pas terminée. Les faillites d’entreprises ou les pertes d’emplois pourraient réduire le soutien au passage à l’énergie propre. Les entreprises qui sont de grands consommateurs d’énergie en Europe emploient environ 3,2 millions de personnes, soit 11 % de l’emploi industriel total, selon une étude commandée par le Parlement européen.

Voici cinq entreprises dans cinq secteurs clés qui sont particulièrement exposées.

Industrie chimique

BASF SE, la plus grande entreprise chimique d’Europe, a réduit la production d’ammoniac – important pour une série de produits, dont les engrais – dans des usines en Allemagne et aux Pays-Bas. Un porte-parole a déclaré que BASF ressent les effets de la crise, mais que l’entreprise n’a pas encore donné de détails sur les conséquences possibles.

Métaux

Le producteur de zinc Nyrstar a réduit la production d’une fonderie aux Pays-Bas après que les coûts d’électricité ont quadruplé. Les réductions pourraient s’étendre à la production d’aluminium, qui nécessite d’énormes quantités d’énergie. La société, qui est détenue par un petit groupe, n’a pas encore révélé les implications financières non plus.

Matériaux de construction

La production d’une tonne de ciment nécessite environ 4,7 millions d’unités thermiques britanniques d’énergie, soit l’équivalent d’environ 400 livres, ou 180 kilogrammes, de charbon. L’entreprise française Saint-Gobain a déclaré qu’elle devrait payer 1,1 milliard d’euros pour la hausse des coûts énergétiques au cours du seul second semestre de l’année.

Papier

L’industrie a du mal à prévoir quand les gens retourneront au bureau lorsque les restrictions liées à la pandémie s’assoupliront, un facteur clé de la demande de papier pour l’impression des journaux et des magazines. Les actions du géant irlandais du papier Smurfit Kappa Group Plc ont perdu plus de 10 % de leur valeur depuis septembre. La société a cité la hausse des coûts énergétiques comme l’un des principaux risques pour son activité, avant la récente augmentation des prix du gaz.

Agriculture

Outre la hausse des prix des engrais, d’autres secteurs de la production alimentaire sont également touchés. Le producteur de sucre français Tereos SCA a prévenu en août – alors que les prix de l’énergie étaient beaucoup plus bas qu’aujourd’hui – que la hausse des prix du gaz augmenterait « énormément » les coûts de production.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20