Vers une indexation des salaires de plus de 10% en janvier 2023 en Belgique

Pour tous les secteurs qui sont indexés une fois par an, la société de ressources humaines SD Works prévoit une indexation supérieure à 10% dès le 1er janvier 2023.

Pourquoi est-ce important ?

L'indexation automatique des salaires protège le pouvoir d'achat des travailleurs en Belgique, c'est son grand avantage. Directement lié à l'indice santé (inflation sans compter le prix des carburants, du tabac et de l'alcool), il s'applique aux allocations, aux fonctionnaires et puis aux salariés. Côté inconvénients, il y a le coût salarial pour les entreprises et un recul en termes de compétitivité, car il s'agit d'un mécanisme quasi unique en Europe, à l'exception du Luxembourg (qui a récemment décidé un saut d'index) et de Malte.

Si certaines professions sont augmentées automatiquement de 2% à chaque dépassement de l’indice santé, pour d’autres, cela se fait une fois par an, le premier jour de l’an. « C’est le cas de la commission paritaire auxiliaire des employés (CP 200), de l’horeca (CP 302), de l’industrie alimentaire (CP 118 et 220), du transport routier pour compte d’autrui (CP 140.03), du commerce international, du transport et de la logistique CP 226) », précise SD Worx, qui prévoit pour ces professions une indexation de plus de 10%.

SD Worx

Risque de faillites

Il pourrait s’agir d’un gros problème pour certaines entreprises, car elles sont aussi très durement touchées par les prix de l’énergie, mais elles ne bénéficient pour l’instant d’aucune aide, contrairement aux ménages. Le sujet sera d’ailleurs un point important du comité de concertation de ce mercredi consacré aux prix de l’énergie. Une série de pistes est sur la table comme un moratoire sur les faillites, le chômage économique (comme pour la crise Covid), des aides à l’investissement ou encore une intervention directe sur la facture d’énergie.

Selon Pierre-Frédéric Nyst, le président de l’Union des Classes moyennes (UCM), plus de 4 entreprises sur 10 ont vu leur chiffre d’affaires baisser. La rentabilité est également en berne pour 6 entreprises sur 10. Celui qui défend les PME et les indépendants voit arriver « une vague de faillites sans précédent ».

Dans son dernier rapport qui date du 1er juin, Allianz Trade, estime que la Belgique terminera dans le top 3 européen du nombre de faillites, avec 9.100 faillites prévues cette année, soit une augmentation de 39% par rapport à 2021.

Patronat vs syndicats

Côté patronal, on revendique depuis longtemps un saut d’index, pour une année au moins, ce qui soulagerait les entreprises. Les syndicats font la démarche inverse et tentent d’avoir une plus grande marge de manœuvre dans le cadre de la loi de 1996, qui règle la question des négociations salariales.

Pour rappel, l’inflation est repartie à la hausse pour le mois d’août, à 9,94%, un sommet plus atteint depuis 1976.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20