‘Une entreprise sur cinq n’adhère pas au télétravail’, rapporte le président du Comité de gestion SPF Emploi….depuis un studio de radio

Le télétravail est devenu la norme. Les entreprises sont régulièrement contrôlées aux risque d’être fortement réprimandées. Crédit:Tass/Sipa USA

Geert De Poorter, le président du comité de gestion de SPF Emploi, a pris la parole ce matin dans l’émission De Ochtend, diffusée sur Radio1. Il a déclaré qu’il trouvait ‘stupéfiant’ que 20% des entreprises ne permettent pas encore à tous leurs employés de travailler chez eux. Le fait qu’il ait fait cette déclaration depuis les studios de Radio 1 n’est pas non plus passé inaperçu.

‘Une entreprise sur cinq ne laisse pas encore ses employés travailler à domicile lorsque cela est possible’, a déclaré Geert De Poorter en direct sur Radio1. Le télétravail obligatoire est l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la propagation du virus’, a ajouté le président du comité de gestion du SPF Emploi.

Selon Geert De Poorter, ce sont surtout les petites entreprises qui commettent ce genre d’erreur. Ces dernières n’ont pas toujours les moyens nécessaires pour se faire guider. ‘Le contrôle social est plus important au sein des grandes entreprises, qui disposent de syndicats et d’un comité d’entreprise’, a-t-il ajouté.

‘Oh ironie’

L’économiste et faiseur d’opinions Peter De Keyzer a fait remarquer sur Twitter que Geert De Poorter s’était rendu dans les studios de la VRT pour accorder cette interview, alors que l’entretien aurait  pu se faire à distance. ‘ « Nous ne faisons pas assez de télétravail »,  prétend l’expert  qui se déplace jusque dans les studios de Radio1 pour une interview. Oh ironie’, a tweeté Peter De Keyzer.

Chaque jour, le SPF Emploi envoie des inspecteurs dans les entreprises pour vérifier si le télétravail est respecté. Les entreprises qui n’ont pas défini de politique ou de stratégie de télétravail ne recevront désormais plus d’avertissement. EIles risquent une assignation à comparaître et une action en justice en cas d’inspection. Les entreprises qui, en revanche, ont mis un système de télétravail en place mais qui commettent des erreurs mineures, recevront un avertissement et devront se mettre en ordre dans un délai imparti. 

Lire aussi: