Une entreprise néozélandaise récupère l’or des déchets électroniques à l’aide d’une bactérie

(Isopix)

Les objets électroniques sont composés de matériaux rares, qui coûtent cher et qui sont difficiles à extraire. Mais dans un téléphone, un ordinateur ou une télévision, ils sont aussi très difficiles à récupérer. Une firme néozélandaise a toutefois trouvé la solution grâce à une bactérie capteuse d’or.

La technique utilisée par Mint Innovation est un peu laborieuse, mais permet de récupérer tout l’or des déchets électroniques. Ils sont dans un premier temps broyés pour devenir aussi fins que du sable. Le but est ‘d’exposer tout le métal contenu dans les appareils’ au processus, appelé lixiviation chimique ultérieure.

Les particules sont ensuite transformées en une solution soluble, dans lequel l’entreprise injecte des bactéries auxquelles s’accroche l’or. La solution est finalement filtrée pour récupérer les bactéries. Il n’y a alors plus qu’à récupérer l’or. Pour mieux comprendre, Mint Innovation a créé une vidéo animée avec toutes les étapes.

L’importance du récupérer l’or

En 2019, le monde a produit 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques. Les progrès dans les nouvelles technologies et l’obsolescence programmée nous poussent à jeter toujours plus vite nos appareils. Et malheureusement, trop peu de ces déchets sont correctement recyclés. Selon le rapport Global E-waste Monitor 2020, seuls 17,4% de cette montagne de déchet ont été ‘correctement collectées et recyclée’.

Cela signifie que plus de 44 millions de tonnes des déchets électroniques produits en 2019 trainent dans les déchargent et polluent notre environnement. Mais c’est aussi un important volume de matériaux précieux qui ne sont pas récupérés. Et l’or représente 50% de la valeur de ces déchets.

En outre, nos appareils électriques deviennent à leur tour une nouvelle source de matière première. Et il pourrait être plus rentable de récupérer cet or. Comme l’explique Mint Innovation à la CNBC, ‘la concentration en or dans les déchets électriques est plus élevée que dans le minerai d’or qui vient juste d’être extrait’.

La firme va continuer de chercher à améliorer leur technique pour pouvoir utiliser d’autres déchets comme matière première, par exemple dans les pots d’échappement des voitures, mais aussi d’autres matériaux comme le palladium.