Les États-Unis comptent deux fois plus de licornes que la Chine et l’Inde réunies

Une enquête du site d’informations financières Finbold montre qu’il y avait 704 start-ups non cotées en bourse valant au moins un milliard de dollars aux États-Unis en novembre. Ces entreprises sont également connues sous le nom de « licornes ».

Pourquoi est-ce important ?

En raison de la crise économique mondiale, la plupart des jeunes pousses ont perdu une part importante de leur valorisation, les investisseurs attendant un peu plus longtemps avant d'injecter de nouveaux capitaux dans ces entreprises. Ils attendent un retour à la normale.

L’actualité : En novembre, les États-Unis ont compté deux fois plus de licornes que la Chine et l’Inde réunies.

  • Aucun pays ne possède autant de licornes que les États-Unis. En novembre, ce chiffre s’élevait à 704.
  • La Chine est deuxième avec 243 licornes. L’Inde complète le trio de tête avec 85 start-ups privées d’une valeur d’au moins un milliard de dollars.
  • Le Royaume-Uni est quatrième avec 56 licornes, tandis que l’Allemagne est cinquième avec 36 entreprises de ce type.

Détails : Finbold met également la lumière sur les cinq plus grandes licornes des États-Unis.

  1. SpaceX, la société spatiale d’Elon Musk, dont la valorisation s’élève à 127 milliards de dollars.
  2. Stripe, société de paiement, dont la valorisation s’élève à 95 milliards de dollars.
  3. Instacart, une société de livraison de produits alimentaires à domicile, dont la valorisation s’élève à 39 milliards de dollars.
  4. La société de logiciels Databrick avec une valorisation de 38 milliards de dollars.
  5. La société de jeux Epic Games avec une valorisation de 31,5 milliards de dollars.

Pourquoi les États-Unis se portent-ils si bien ?

Zoom sur : Le nombre de licornes est nettement plus élevé aux États-Unis que dans les autres pays. Il y a plusieurs raisons à cela.

  • Le pays dispose d’une énorme source de financement et d’un environnement bien réglementé. Cela permet aux entrepreneurs de lancer divers projets sans se soucier du financement ou du gouvernement.
  • En Chine, le principal concurrent des États-Unis, on observe le mouvement inverse. Dans ce pays, le gouvernement impose des réglementations très strictes aux entreprises, notamment aux entreprises technologiques. Par exemple, Jack Ma avait tenté de rendre sa société Ant Group publique, et cela a finalement été arrêté par le gouvernement
  • Finbold note également que de nombreuses licornes américaines proviennent des secteurs du jeu, de la fintech et de la crypto. Ces entreprises sont tout simplement performantes à l’ère du numérique. Par conséquent, elles ont moins de difficultés à attirer de nouveaux capitaux.
  • De plus en plus d’investisseurs se tournent aussi vers le marché privé. Ce qui a provoqué, par exemple, l’essor des sociétés de crypto-monnaies.

Remarque : toutes les licornes ne mènent pas à une histoire à succès. Même lorsqu’une entreprise est évaluée à un milliard de dollars, elle reste généralement tributaire de financements externes tout en essayant d’élaborer un modèle rentable

  • En outre, les jeunes entreprises sont confrontées aux mêmes problèmes que les grandes entreprises cotées en bourse. Une récession imminente les pousse à recruter moins de personnes, voire à licencier.
  • À son tour, la hausse des taux d’intérêt rend les dettes plus coûteuses. Cela pèse sur les marges bénéficiaires, ce qui peut dissuader les investisseurs.

(RVW)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20