‘Si nous ne faisons pas attention, les voitures électriques deviendront un privilège pour les riches’

Carlos Tavares, PDG du constructeur automobile Stellantis, a mis en garde, lors d’une conférence du Financial Times, contre les conséquences perverses d’une interdiction totale des voitures diesel et à essence par les gouvernements du monde entier. Si cela se produit trop rapidement, les voitures électriques pourraient rendre la conduite beaucoup trop chère pour la classe moyenne », a-t-il déclaré.

Les voitures électriques sont en plein essor. Cette popularité croissante a donné naissance à de nombreux nouveaux constructeurs automobiles. Tesla n’est plus le seul producteur de voitures électriques. En Chine notamment, Tesla est confronté à un nombre croissant de concurrents, comme Xpeng et Nio. Ce dernier constructeur automobile arrive en Europe dans le courant de l’année. La conquête commencera par la Norvège. Xpeng a déjà livré une centaine de voitures électriques au pays d’Europe du Nord en décembre.

Effet pervers

Les voitures électriques sont l’avenir, mais elles ont un prix élevé. Une voiture électrique est beaucoup plus chère qu’une voiture à essence ou diesel. Carlos Tavares, PDG du constructeur automobile Stellantis, a mis en garde lors de la conférence contre un effet pervers lorsque l’ensemble du parc automobile devient vert. « Conduire une voiture pourrait devenir le privilège des riches à mesure que le Royaume-Uni et d’autres pays du monde interdisent les voitures diesel et à essence et adoptent l’électrification », a déclaré le PDG.

« Je ne peux pas imaginer une société démocratique où la liberté de mobilité n’existe pas parce qu’elle est réservée aux riches », a-t-il poursuivi.

« Les constructeurs automobiles sont confiants dans leur capacité à fabriquer des véhicules qui répondent aux objectifs environnementaux, mais cela pourrait faire grimper les prix encore davantage », a déclaré le PDG. La différence de prix entre une voiture à essence et une variante électrique peut atteindre 10.000 euros ou plus.

Impact environnemental

« Comment pouvons-nous protéger la liberté de mobilité de la classe moyenne qui n’a peut-être pas 30.000 euros pour acheter une voiture électrique ? », s’est-il interrogé lors de la conférence. Aujourd’hui, ils paient plus de la moitié de ce prix pour une voiture classique à essence.

Il a également mis en garde contre l’impact sur l’environnement. « Si nous rendons la mobilité abordable uniquement pour les riches, nous n’aurons pas d’impact car nous aurons un parc de vieilles voitures qui continueront à émettre du CO2 », a-t-il ajouté.

Il a en outre souligné que les voitures électriques pèsent 300 à 500 kilos de plus que les voitures ordinaires en raison de leurs batteries. elles ont donc besoin de plus d’énergie pour déplacer ce poids supplémentaire. Si elles sont chargées avec de l’énergie provenant d’une centrale pétrolière, par exemple, cela peut signifier en fin de compte que les émissions sont plus élevées ».

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés