Le revirement soudain de la Chine : qui tire réellement les ficelles à Pékin ?

Pékin a surpris le monde entier à la fin de l’année dernière en assouplissant ses règles « Zéro COVID », semblant ainsi répondre au mécontentement croissant de la population chinoise. Depuis le début de l’année, un regain d’optimisme quant à l’adoption par les autorités de régulation d’une approche moins contraignante à l’égard du secteur technologique chinois est apparu. Le président à vie Xi Jinping a-t-il soudainement changé d’avis sur son dogme politique ou y a-t-il autre chose ?

Pourquoi est-ce important ?

La tournure inattendue des événements en Chine pourrait nous apprendre beaucoup de choses sur le régime autoritaire de Xi Jinping, peut-être l'homme le plus puissant de la planète. Toutefois, les informations claires sur les coulisses de la politique chinoise restent très rares, et une explication claire reste pour l'instant insaisissable.

Après deux ans de politiques carrément brutales de « zéro COVID », qui ont régulièrement donné lieu à des troubles quasi civils dans certains quartiers des mégapoles chinoises, les Chinois peuvent enfin se détendre.

Début décembre, Pékin a supprimé une première série de mesures après que la pression sur le « Zéro COVID » s’est accrue. Le plus remarquable était alors que les Chinois présentant des symptômes légers étaient autorisés à s’isoler chez eux, au lieu de rester dans un camp de quarantaine de l’État. Peu de temps après, une application de traçage est également passée à la trappe. A partir du dimanche 8 janvier, l’étau se desserre pour les Chinois qui veulent voyager. Les Chinois qui rentrent au pays ne devront plus être soumis à une quarantaine obligatoire après un séjour à l’étranger.

Il est surprenant que la Chine n’intensifie pas à nouveau ses mesures après que le nombre d’infections ait atteint des proportions hallucinantes en quelques semaines. En fait, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) soupçonne désormais la Chine de « sous-déclarer » les chiffres réels de l’épidémie dans le pays. Si les soupçons qui pèsent sur les chiffres de la Chine concernant le COVID ne sont pas nouveaux, il est tout de même frappant de constater la rapidité avec laquelle le pays a complètement inversé sa politique à l’égard du virus.

Pendant ce temps, un deuxième changement de politique, tout aussi peu conventionnel, est en cours en Chine. Ant Group, filiale du géant du commerce électronique Alibaba et opérateur du système de paiement en ligne Alipay, a été autorisé par le régulateur financier chinois à investir 10,5 milliards de yuans (1,44 milliard d’euros) dans sa propre filiale.

Ant Group a toutefois été l’une des premières victimes de la répression de Pékin à l’encontre du secteur technologique. En effet, en 2020, le gouvernement a mis fin à l’introduction en bourse de Ant à Hong Kong et à Shanghai, qui était censée être peut-être la plus grande introduction en bourse du monde. Depuis lors, les relations entre Jack Ma, fondateur d’Alibaba et icône du secteur technologique chinois, et Pékin se sont considérablement refroidies (il apparaît d’ailleurs ce samedi que Ma va se retirer d’Ant Group, dans le cadre d’une restructuration commencée sous cette répression). Depuis janvier, cependant, on observe un regain d’optimisme quant à l’avenir de la technologie en Chine, qui s’est déjà traduit par une forte hausse des actions chinoises à Wall Street.

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi la Chine a soudainement opéré un revirement aussi radical dans certaines de ses politiques, qui étaient pourtant parfaitement conformes à la « pensée Xi Jinping« , la charte idéologique de celui qui est président à vie.

Théorie 1 : Les caprices d’un dirigeant autoritaire

Fin 2022, le dirigeant chinois a effectué plusieurs voyages à l’étranger pour la première fois depuis l’apparition de l’épidémie de COVID-19 en 2020. En septembre, par exemple, Xi s’est rendu au Kazakhstan, où il s’est entretenu avec le dictateur russe Vladimir Poutine. Moins de deux jours plus tard, Xi était déjà en Ouzbékistan pour le 22e sommet annuel de l’Organisation de coopération de Shanghai. Puis, en novembre, Xi a participé au sommet du G20 en Indonésie. Son passage y a surtout été marqué par sa fermeté à l’égard du Premier ministre canadien, qu’il a accusé d’avoir divulgué des entretiens confidentiels à la presse.

Un jour plus tard, Xi était de retour en Thaïlande pour la Coopération économique Asie-Pacifique. Toutefois, sa mission la plus importante a eu lieu le 7 décembre lorsqu’il s’est rendu à Riyad, la capitale saoudienne. Il est venu demander que le pétrole soit réglé en yuans chinois plutôt qu’en dollars américains ; un signal important indiquant que Pékin reste déterminé à dédollariser le système financier mondial.

Plusieurs observateurs et blogueurs chinois pensent que les voyages personnels de Xi lui ont fait prendre conscience que le monde s’apprête à clore le chapitre de COVID-19. Pendant les voyages de Xi, les manifestations les plus féroces ont également éclaté contre la politique chinoise du « zéro COVID », ce qui donne certainement du crédit à cette théorie. Il est possible que Xi ait donné un signal personnel aux dirigeants pour qu’ils réduisent les mesures.

Si cette théorie est correcte, cela signifie que la population chinoise de 1,4 milliard d’habitants est complètement dépendante des caprices de Xi. Pouvoir désactiver un énorme système comme la politique « Zéro COVID », « juste comme ça », serait une preuve de l’énorme pouvoir que Xi exerce à Pékin et ne serait certainement pas déplacé dans l’œuvre de son prédécesseur Mao Zedong.

Théorie 2 : Une révolte interne discrète contre le pouvoir personnel de Xi Jinping

Cependant, Anne Stevenson-Yang, une experte de la Chine qui a passé plus de 25 ans dans le pays et fournit des données sur l’économie du pays avec son cabinet de recherche J Capital Research, a avancé une théorie plutôt farfelue sur ce changement soudain de politique.

Selon Stevenson-Yang, Xi a en fait été mis à l’écart par une élite politique et économique qui a immédiatement supprimé certains de ses choix politiques les plus marquants de ces dernières années. « Des manifestations ont éclaté, et pour la toute première fois en Chine, au moins depuis 1949, j’ai entendu des gens critiquer le gouvernement en général et le Parti communiste et exiger que Xi démissionne. C’est vraiment nouveau et très dangereux pour le parti », analyse Stevenson-Yang dans une interview accordée à The Market.

L’experte a également indiqué qu’au même moment, la Chine aurait réinvité des émissaires de l’Australie et des États-Unis pour des discussions dans le pays. De même, des termes clés de la « pensée Xi Jinping », tels que « prospérité commune », auraient disparu du vocabulaire d’un sommet clé du parti en décembre. « Cela me porte à croire que quelque chose de très important s’est produit sur le plan politique pour renverser le pouvoir de Xi », conclut Stevenson-Yang.

Si, à première vue, cette théorie semble plus plausible que la première, elle trahit peut-être aussi une certaine naïveté occidentale. Pendant des années, les experts et les politiciens occidentaux ont cru en un flanc libéral presque invisible au sein du parti communiste qui, avec le temps, « pourra arriver au pouvoir » et rouvrir le pays au reste du monde. Cependant, l’histoire nous apprend que la Chine emprunte de plus en plus une voie conservatrice et que Xi Jinping et ses fidèles n’ont jamais été aussi fermement en selle.

Théorie 3 : « It’s the economy, stupid« 

La théorie la plus plausible, cependant, est que le gouvernement chinois n’agit pas sous le coup de l’émotion, mais de manière très calculée. À la fin de l’année 2022, cela faisait déjà des mois que des rumeurs circulaient, selon lesquelles Pékin abandonnerait partiellement sa politique COVID en 2023. Bien sûr, il est plausible que les plans aient été accélérés après que les manifestations dans le pays ont échappé à tout contrôle.

Mais ce changement de politique devient particulièrement logique si l’on considère la situation économique de la superpuissance. Depuis plusieurs mois, la Chine présente des chiffres économiques inférieurs aux attentes. Les chiffres démographiques du pays ne mentent pas non plus : la population chinoise vieillit et va bientôt diminuer.

Pékin a peut-être maintenu sa politique de « zéro COVID » aussi longtemps que possible afin d’éviter plusieurs millions (quasi garantis) de décès dus au COVID dans le pays et de tester entre-temps ses capacités de contrôle sur la population. Mais le Parti se rend compte aujourd’hui qu’il doit partiellement abandonner cette politique. La production industrielle s’effondre en raison du « zéro COVID » et les grandes multinationales ont déjà fui la Chine en masse pour loger leur production dans des pays comme le Vietnam.

Pour relancer l’économie, Pékin fera probablement appel à l’un de ses moteurs d’innovation les plus polyvalents : le secteur technologique. Il est certain que les entreprises fintech comme Ant Group pourraient jouer un rôle important dans le déploiement du yuan numérique et dans les autres projets de Pékin visant à saper la domination du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20