Le grand retour des introductions en bourse d’entreprises technologiques en 2023 ? Pas si sûr

Les introductions en bourse d’entreprises technologiques ont fortement chuté en 2022, comparées à 2021. Les sommes levées avec ces IPO (initial public offering, ou introduction en bourse) ont baissé de 94%. En 2022, il y a eu peu de vent frais à Wall Street, et 2023 pourrait être fort similaire.

Pourquoi est-ce important ?

Une bulle 2021 ? C'était une année avec de nombreux records à la bourse, mais aujourd'hui le marché peine à répéter ces performances.

Les faits : La sécheresse des IPO en 2022.

  • 2021 était une année fulgurante pour les entreprises du secteur de la tech qui se sont jetées dans le bain de la bourse. Rivian notamment avait fait très fort, avec une valorisation à 93 milliards de dollars. Cette année-là, il y a eu en tout une dizaine d’introductions en bourse qui ont pu récolter plus d’un milliard de dollars. En tout, les entreprises technologiques ont récolté 155,8 milliards de dollars.
  • En 2022, c’est un contraste total. Aucune IPO de la tech a permis de lever plus d’un milliard de dollars. Celle de Mobileye, succursale d’Intel, s’en est rapprochée. De plus, c’est la seule à avoir dépassé les 100 millions de dollars levés, rapporte CNBC. Total des fonds levés : 8,6 milliards de dollars, selon les données d’EY. Soit 94% de moins qu’en 2021.
  • Deux raisons à cela : l’aversion du risque des investisseurs, qui se tournent vers d’autres actifs, dans le contexte des hausses des taux d’intérêt, et la dégringolade de la bourse en général, mais surtout des nouveaux venus qui ont tenté l’aventure en 2021. Le cours de Rivian, Coinbase et Robinhood a par exemple baissé de respectivement 81, 86 et 56% depuis le début de l’année.

L’essentiel : Un grand retour des IPO pourrait se faire attendre.

  • Déjà lors des centaines de milliards de dollars levés l’année dernière, David Trainer, PDG de la société d’analyses boursières New Constructs, tirait la sonnette d’alarme : il s’agissait de sur-valorisations. Pour éviter ce phénomène, il conseille aux investisseurs de se concentrer sur d’autres éléments que sur les promesses de croissance futures de ces entreprises qui souvent ne sont pas encore rentables.
    • « Tant que nous ne verrons pas un retour persistant à l’allocation intelligente du capital comme principal moteur des décisions d’investissement, je pense que le marché des introductions en bourse aura du mal », explique-t-il à CNBC.
    • « Une fois que les investisseurs se concentreront à nouveau sur les fondamentaux, je pense que les marchés pourront recommencer à faire ce qu’ils sont censés faire : soutenir une allocation intelligente du capital », explique-t-il au média américain.
    • En d’autres mots, si les IPO devaient reprendre, ça ne devrait plus être pour les sommes folles de 2021.
  • Écho similaire chez Dan Butler de Thomvest Ventures, qui parle d’une « gueule de bois après la beuverie démesurée », en comparant 2022 à 2021. Pas de reprise du marché en 2023, estime-t-il, à cause de la chute générale de la demande et de la récession à venir.
    • Les entreprises et les investisseurs devraient d’ailleurs complètement changer leur état d’esprit, et ne plus se concentrer sur la croissance avant tout. La rentabilité et l’efficience sont tout aussi importantes, tout comme l’organisation interne. Dans ce sens, il ne faudrait pas continuer à embaucher frénétiquement, comme cela a été le cas en 2021. Ce temps d’adaptation devrait prendre plusieurs trimestres, explique-t-il à CNBC.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20