Répartition, projets… Il reste 3 semaines pour trouver un accord sur la manne européenne à 6 milliards

Trois des 6 chefs de gouvernement belge: (de gauche à droite) Elio Di Rupo (PS), Ministre-président de la région Wallonne, Alexander De Croo (Open VLD), Premier ministre et Jan Jambon (N-VA), Ministre-président de la Flandre (Isopix)

L’arrivée des vaccins sur le marché ces dernières semaines nous fait espérer une fin rapide de la crise du Covid-19. Mais une fois que le virus sera sous contrôle, il sera question d’aider notre pays à reprendre le chemin du développement économique. Et pour cela, les ministres des Régions et du fédéral se réunissent régulièrement pour établir un plan de relance, qui devrait être envoyé fin du mois à l’Union européenne.

La Belgique devrait finalement recevoir 5,95 milliards d’euros de la part du plan de relance de l’Union européenne, soit 15% en plus de ce qui était prévu. Maintenant, la question est de savoir comment va être réparti cet argent et à quoi il servira.

La répartition

L’argent de l’Union européenne doit être réparti entre le fédéral et les entités fédérées. Les trois Régions et les trois Communautés du pays auront chacune une part du butin. Cette répartition est actuellement toujours discutée entre les chefs de gouvernement.

Selon les informations de L’Echo, le fédéral devrait obtenir entre 20 et 30% du fonds de relance européen prévu pour la Belgique. Mais la question est surtout de savoir quels facteurs vont déterminer les montants adressés aux entités fédérées. Cela peut être en fonction de la population, ou du PIB, ce qui donnerait un avantage à la Flandre. Il serait également question de prendre en compte le retard de développement, par exemple.

Les projets

Une fois que la répartition sera décidée, il faudra choisir les plans qui méritent le plus d’être financés. Chaque partie a déjà fait une liste des différents projets qui pourraient les intéresser et du montant nécessaire pour les réaliser.

  • Le Fédéral: la liste des projets du fédéral s’établit à 7,4 milliards, selon le journal Le Soir.
  • La Wallonie: selon L’Echo, la Région wallonne aurait d’abord proposé une liste dont le total s’élevait à 9 milliards, avant de réduire fortement ses ambitions. Selon Le Soir, les demandes s’élèvent entre 3 et 4 milliards et la Région peut espérer avoir entre 1,2 et 1,5 milliard d’euro.
  • La Flandre: le gouvernement flamand aurait demandé un budget de 4,3 milliards
  • La Fédération Wallonie-Bruxelles: l’ancienne communauté française espère recevoir 1,275 milliard d’euros.
  • Bruxelles: la capitale belge demanderait également un peu plus d’un milliard d’euros.

Tous les projets de relance ne sont pas les bienvenus. Cinq grands thèmes ont été décidés par la Belgique, en suivant les consignes de l’Union européenne:

  • Durabilité (énergie renouvelable, rénovation de bâtiments, biodiversité, etc.)
  • Numérique (5G, fibre optique, cybersécurité, etc.)
  • Mobilité (transport en commun, vélo, voiture électrique, etc.)
  • Productivité (recherche, entrepreneuriat, marché du travail, etc.)
  • Vivre-ensemble (soins de santé, enseignement, aides sociales, etc.)

La Commission européenne demande qu’une part de 37% du budget offert au pays serve à la transition écologique et 20% à la digitalisation. Les gouvernements devront donc s’accorder également pour respecter ces demandes. Un premier plan de relance devrait être envoyé fin janvier à l’Union européenne. Une version finale peut être attendue pour fin avril, en fonction des commentaires apportés par l’UE.

Les projets qui ne seront pas retenus pour ce financement européen pourront toujours entrer dans de nouveaux plans de relance qui entreront directement dans le budget du fédéral ou des entités fédérées.