Emmanuel André et Marc Van Ranst plaident pour ‘refédéraliser les soins de santé’

Le virologue Emmanuel André, ex-responsable du tracing en Belgique. – Thierry Roge / Pool / Isopix

Les virologues Marc Van Ranst et Emmanuel André, figures incontournables de la crise du coronavirus, soutiennent le groupe de pression ‘B Plus’, qui veut faire des soins de santé une compétence pleinement fédérale.

  • B Plus, une organisation de citoyens qui milite pour la préservation de la Belgique fédérale, est au premier plan du débat sur la santé. Et ce faisant, ils font appel au ‘pouvoir’ des virologues, qui sont devenus de véritables stars médiatiques avec la crise du coronavirus.
  • Ainsi, Emmanuel André et Marc Van Ranst ont signé une tribune dans De Tijd et L’Echo, et dans laquelle ils plaident contre la scission des soins de santé et en faveur de leur refédéralisation. ‘Il y a bien sûr des différences entre les Flamands et les Wallons. Mais il y a aussi des différences au sein de la Flandre. Les différents besoins par région sont à relativiser’, écrivent-ils.
  • À travers cette démarche, ils adoptent un point de vue très politique: la N-VA et le CD&V, entre autres, sont des partisans convaincus de la poursuite de la scission des soins de santé. La crise en cours, avec neuf ministres de la santé et du bien-être compétents, a montré de façon particulièrement claire que la fragmentation est dangereuse.
  • Il est intéressant de noter que ces deux partis ne sont pas sur la même ligne que leurs électeurs sur cette question. Y compris auprès des sympathisants Vlaams Belang, qui a pourtant un programme ouvertement indépendantiste. On apprend dans un sondage que 86% des Belges sont ‘insatisfaits de la répartition actuelle des compétences dans les soins de santé’, 71% des Belges sont même ‘favorables à une nouvelle fédéralisation’.
  • Mais l’Open Vld vient de plaider en faveur d’un retour de plus de pouvoirs au niveau fédéral, ce que les verts souhaitent également. Les socialistes étaient également en faveur de ‘plus de Belgique’ sur le devant de la scène, tandis qu’en coulisses, un message complètement différent a pu être entendu.

Lire aussi: