Réparer soi-même un MacBook? C’est maintenant possible, à condition d’acheter ou louer un kit de réparation inabordable

Apple a décidé d’étendre son programme de réparation en libre-service aux MacBook M1. En gros, il est désormais possible de réparer soi-même son MacBook mais toujours en mettant la main au portefeuille. Avec le kit de réparation, il est possible de réparer, entre autres, le trackpad, la batterie et l’écran.

Dans la version actuelle du programme, il est possible de louer un kit de réparation pour 49$ par semaine. Il est aussi possible d’acheter les instruments de façon permanente. Le prix des pièces varie en fonction de la réparation mais dans tous les cas, les tarifs seront plus élevés que si Apple se charge de la réparation. 

Malgré l’introduction du programme, Apple a tenu à répéter qu’une visite chez un technicien certifié avec des pièces d’origine est toujours « le moyen le plus sûr et le plus fiable pour effectuer une réparation ».

« Pour la grande majorité des clients qui n’ont aucune expérience dans la réparation d’appareils électroniques, le moyen le plus sûr et le plus fiable d’effectuer une réparation consiste à consulter un technicien professionnel et certifié qui utilise des pièces Apple d’origine », rappelle Apple.

Un programme discutable

Mais ici, c’est surtout le prix du kit de réparation qui pose problème. Car pour n’importe quelle réparation, il faut se procurer un nombre incroyable de pièces auprès d’Apple. Et on ne parle même pas des outils qu’il faut louer ou acheter, toujours auprès de la société à la pomme. Autrement dit, les utilisateurs ne sont pas autorisés à utiliser des pièces non officielles dans leurs appareils, qui sont souvent beaucoup moins chers.

Sans surprise, les critiques ont fusé. Les utilisateurs y voient une nouvelle stratégie pour booster les ventes des pièces officielles d’Apple. Surtout que, bien évidemment, ces pièces ne peuvent pas être réutilisées dans d’autres appareils. Le géant de la Tech exige que toutes les pièces détachées officielles soient d’abord enregistrées auprès d’Apple, puis liées à un iPhone (ou un autre appareil) spécifique. Par conséquent, les pièces d’appareils cassés ne peuvent pas être réutilisées dans des téléphones « reconditionnés ».

Droit de réparation

Plus tôt cette année, Apple a lancé son programme de réparation en libre-service pour les modèles iPhone 12, SE et 13. Ce programme arrivait dans un contexte particulier où le mouvement « du droit à la réparation » faisait pression sur les régulateurs américains pour donner aux consommateurs plus de contrôle sur leurs produits.

Par exemple, en 2020, iFixit et le youtubeur Hugh Jeffreys découvrait qu’il était tout simplement impossible de faire réparer un iPhone 12 sans passer par Apple. Si on s’y risquait pour, par exemple, remplacer la batterie, cela faisait automatiquement planter les appareils photo. Seule solution: faire réparer l’appareil par Apple à des tarifs bien plus élevés. D’ailleurs, l’iPhone 12 était spécialement conçu pour empêcher toute réparation par un technicien externe.

Du coup, les utilisateurs Apple n’avaient d’autres choix que de passer par Apple pour réparer leur smartphone.

(JH)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20