Réfléchissez à deux fois avant de partir: la Chine impose le test Covid anal aux étrangers

Covid-19-test – Isopix; Then Chih Wey/Xinhua

Par Arno Meijnen

La Chine a rendu le test de dépistage anal du Covid-19 obligatoire pour la plupart des voyageurs étrangers arrivant dans le pays, rapporte le journal britannique The Times ce jeudi. Les autorités chinoises affirment que ce type de test offre un degré de précision plus élevé que les autres méthodes de dépistage du virus.

Li Tongzeng, directeur-adjoint du département des maladies infectieuses à l’hôpital You’an de Pékin, a déclaré que le coronavirus survit plus longtemps dans l’anus ou les selles que dans les organes du haut du corps. La réalisation d’un prélèvement anal augmenterait donc la précision du test.

Les médias chinois restent toutefois très circonspects dans leurs reportages. ‘Comme la méthode n’est pas très pratique, elle ne sera appliquée qu’à des groupes clés dans les stations de quarantaine’, peut-on lire sur le site chinois d’information internationale Global Times.

Douleur psychologique

Cette décision intervient après que le Japon ait demandé à la Chine de cesser de pratiquer ce type de test sur ses citoyens à leur arrivée dans le pays. Selon le Japon, les tests anaux ne seraient pas aussi bénéfiques pour le bien-être mental.

‘Certains Japonais ont signalé à notre ambassade en Chine qu’ils avaient subi des frottis anaux, ce qui leur a causé de grandes douleurs psychologiques’, a déclaré Katsunobu Kato, secrétaire de cabinet du Japon, lors d’une conférence de presse.

3 à 5 centimètres

Cependant, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a défendu les tests comme étant ‘scientifiquement fondés’. Les tests sont ‘conformes à l’évolution de la situation épidémique et aux lois et règlements pertinents’.

La procédure consiste à insérer un coton-tige d’environ trois à cinq centimètres dans l’anus et à le tourner délicatement.

Dans le cadre des nouvelles exigences en matière de voyage, des centres de tests seront mis en place aux aéroports de Pékin et de Shanghai, rapporte encore le Times.

Lire aussi: