Né en Chine, le test anal pour dépister le Covid-19 débarque en Europe

Isopix

La semaine dernière, la Chine a fait la une de l’actualité internationale pour avoir généralisé les frottis anaux afin de dépister le Covid-19. Réputée très efficace, cette technique s’exporte à présent tout près de chez nous.

L’Espagne a décidé d’utiliser elle aussi ce test anal. Plus précisément, seule la Galice, communauté autonome du nord-ouest du pays, l’emploie désormais pour des cas bien particuliers.

La Chine a généralisé cette technique aux personnes à risques et à celles revenant d’un voyage à l’étranger. La Galice la réserve seulement à certains patients. Cela concerne les patients intubés, se trouvant dans un état critique, qui ne peuvent pas subir de test PCR nasal, rapporte El Correo.

Un écouvillon inséré dans le rectum pendant une dizaine de secondes donnerait des résultats probants. En Chine, il est même apparu que le test anal était plus fiable que le test salivaire. À priori, le coronavirus reste plus longtemps présent au niveau du rectum et dans les selles que dans les voies respiratoires.

Le test anal serait plus efficace pour enrayer la problématique des faux-négatifs, qui concerne les personnes porteuses du virus, mais qui ont été testées négatives.