Que faites-vous si vous trouvez un portefeuille dans la rue ?

Les personnes n’agissent pas toujours en fonction de leur propres intérêts matériels, indique une étude réalisée par des scientifiques de l’Université du Michigan, de l’Université d’Utah aux États-Unis et de l’Université de Zurich en Suisse. Cette étude, menée auprès de plus de dix-sept mille personnes réparties dans 355 villes de quarante pays, a permis de tirer un certain nombre de conclusions surprenantes.

Les scientifiques ont examiné dans quelle mesure des portefeuilles perdus étaient finalement rendus à leurs propriétaires légitimes. Selon cette étude, un portefeuille perdu contenant beaucoup d’argent sera probablement restitué à son propriétaire plus rapidement qu’un portefeuille contenant peu ou pas d’argent.

Vatican

« Nous avons constaté que les portefeuilles avec des montants plus élevés étaient généralement restitués plus rapidement », explique Alain Cohn, directeur de recherche, professeur de sciences du comportement à l’Université du Michigan. « Les portefeuilles qui ne contiennent pas d’argent n’ont été rendus que dans 40% des cas. »

51% des portefeuilles avec un montant de 13 dollars ont été restitués. Toutefois, lorsque le montant présent dans le portefeuille était de 94 dollars, 72% des participants le rendaient à son propriétaire.

« Les modèles économiques classiques fondés sur l’intérêt personnel rationnel suggèrent que le comportement honnête deviendra moins courant à mesure que les incitations matérielles à la malhonnêteté augmenteront », écrivent les auteurs dans leur étude. « Toutefois, les forces psychologiques peuvent être plus fortes que les forces financières. Les personnes ont tendance à se soucier du bien-être d’autrui et elles ont également une aversion à être vues comme un voleur »

La proportion des portefeuilles restitués variait d’un pays à l’autre. Cependant, l’étude a donné lieu à quelques surprises. Des portefeuilles déposés au Vatican et dans deux bureaux de lutte contre la corruption faisaient partie de ceux n’ayant pas été restitués à leurs propriétaires légitimes.

Clé

Chaque portefeuille comportait une adresse électronique de personne fictive afin qu’ils puissent être rendus plus facilement. Certains contenaient également une clé. L’inclusion d’une clé dans le portefeuille rendait les personnes encore plus susceptibles de le rendre à son propriétaire.

« Cela suggère que des considérations altruistes ont effectivement joué un rôle lorsque les personnes ont décidé de rendre ou non le biens perdu », expliquent les chercheurs.

Les scientifiques ont déclaré avoir eux-mêmes été surpris par les résultats. Au départ, ils avaient estimé que les personnes auraient davantage tendance à garder un portefeuille s’il contenait beaucoup d’argent. Une autre étude avait montré que plus de 250 économistes étaient d’accord avec cette hypothèse.

Ce fut également le cas lors d’une enquête auprès d’un certain nombre de citoyens n’ayant pas participé à l’étude. Cependant, la réalité est bien différente. À mesure que le montant augmente, la personne se considère davantage comme un voleur si elle ne rend pas le portefeuille.

« Les personnes veulent être considérées comme honnêtes et non comme des voleurs. Garder un portefeuille trouvé signifie que nous devons adapter notre image de soi, ce qui entraîne des coûts psychologiques », a ajouté Michel Marechal, professeur d’économie au département d’économie de l’Université de Zurich.

« Le fait que les citoyens s’attendent à ce que leurs pairs gardent de plus grandes quantités d’argent pour eux-mêmes indique cependant que le public a souvent une vision trop pessimiste de l’honnêteté des autres« , souligne encore le professeur Cohn