Que devez-vous faire avec votre argent: le placer sous votre matelas, épargner ou investir ?

Les temps sont très incertains pour les épargnants. La combinaison de faibles taux d’épargne et d’une inflation élevée érode notre pouvoir d’achat. De nombreux experts appellent donc à des investissements. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? Les analystes boursiers préviennent que le rallye boursier de l’année dernière touche à sa fin.

Pourquoi est-ce important ?

L'inflation belge a atteint 2,86% en septembre, le niveau le plus élevé depuis février 2017. Une personne qui a économisé 1.000 euros l'année dernière en septembre dispose encore aujourd'hui d'un pouvoir d'achat de 971,4 euros. En d'autres termes, cette personne a perdu une partie de son pouvoir d'achat.

Des chiffres récents de la Banque nationale de Belgique (BNB) montrent qu’il y a encore beaucoup d’argent sur les comptes courants. Au deuxième trimestre de cette année, les avoirs en comptes courants ont augmenté de 4,1 milliards d’euros pour atteindre 106,1 milliards d’euros. Il s’agit d’une augmentation plus importante que celle des comptes d’épargne. Les dépôts d’épargne (sur les comptes d’épargne réglementés) ont ainsi augmenté de 3,5 milliards d’euros pour atteindre 294,8 milliards d’euros.

Placer de l’argent sur un compte courant: une mauvaise idée

Il n’est pas surprenant que davantage d’argent ait été placé sur des comptes courants au deuxième trimestre. Au vu du faible taux d’intérêt de l’épargne, peu d’épargnants prennent la peine de transférer leur argent sur leur compte d’épargne. Dans la plupart des banques, vous devez vous contenter d’un taux d’intérêt de 0,11%, le minimum légal dans notre pays pour les comptes d’épargne réglementés.

Pourtant, c’est une très mauvaise idée de laisser votre capital intact sur un compte courant. Tout d’abord, un compte courant ne rapporte aucun intérêt. En d’autres termes, c’est l’équivalent de mettre votre argent sous un matelas. En agissant comme cela, année après année, vous perdez du pouvoir d’achat. Surtout lorsque l’inflation grimpe en flèche: l’impact peut être immense. Par exemple, l’inflation belge était de 2,86% en septembre.

En outre, dans de nombreux cas, un compte courant est un compte payant. Les frais de gestion annuels peuvent rapidement s’élever à plusieurs dizaines d’euros.

Le compte d’épargne n’est pas (actuellement) une solution

Comme nous l’avons mentionné plus haut, un compte d’épargne n’est pas non plus une solution. Actuellement, il n’y a aucun compte d’épargne sur le marché qui bat l’inflation. Au mieux, vous pouvez limiter la perte de pouvoir d’achat.

D’ailleurs, il y a de fortes chances que le taux d’épargne reste au plus bas pendant un certain temps. Les banques veulent maintenir les taux d’intérêt aussi bas que possible, car le taux d’épargne pèse sur leur modèle économique traditionnel : la conversion des dépôts d’épargne à court terme en prêts à long terme. En d’autres termes, elles augmenteront d’abord les taux d’intérêt sur les prêts avant d’augmenter les taux d’épargne. Tout cela dépend également de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Lorsque le régulateur arrêtera systématiquement la politique monétaire flexible, les banques auront un peu plus de marge de manœuvre pour modifier leurs taux d’intérêt.

Investir, alors ?

Pour maintenir votre pouvoir d’achat, une partie de l’argent que vous pouvez épargner peut être investi afin d’obtenir des rendements plus élevés. Nous insistons sur le terme « une partie ». Ce n’est jamais une bonne idée d’investir tout son capital. Il est important de toujours garder suffisamment d’argent de côté pour faire face aux coûts imprévus, comme le remplacement d’une voiture en panne.

Ces derniers mois, de nombreux rapports apocalyptiques ont fait surface concernant l’évolution des cours de la bourse. Certains analystes préviennent qu’une correction est en cours après le rallye qui a débuté au début de la crise du coronavirus. Après une forte correction en mars 2020, de nombreuses actions – les valeurs technologiques en particulier – ont explosé.

TINA

Cependant, tout le monde ne partage pas la conviction qu’une nouvelle correction est imminente. « Le principe TINA (there is no alternative, ndlr) tient toujours », a déclaré Emmanuel Cau, responsable de la stratégie actions européennes chez Barclays, au début du mois.

En principe, les investisseurs à long terme ne devraient pas s’inquiéter d’une éventuelle correction. À long terme, vous pouvez généralement surmonter un tel événement. Essayez toujours d’éviter de spéculer avec vos économies. Diverses analyses ont déjà montré qu’il est plus lucratif d’investir à long terme que d’essayer d’anticiper le marché. En effectuant les recherches nécessaires, il est tout à fait possible de trouver les actions dans lesquelles vous devriez investir ou les autres produits d’investissement qui vous conviennent le mieux. La banque d’investissement américaine Wells Fargo, par exemple, a récemment réalisé une étude sur les produits d’investissement offrant la meilleure protection contre l’inflation.

Plus
My following

Analyse boursière: l'avertissement d'Umicore éclipse les bonnes nouvelles

08/12/2021 08:47

(ABM FN) L'avertissement sur les bénéfices d'Umicore éclipse les bonnes nouvelles concernant le nouveau partenariat avec Volkswagen. C'est ce qu'a déclaré l'analyste Stijn Demeester d'ING mercredi matin.

Selon l'analyste, Umicore a émis un “avertissement fort sur les bénéfices" pour sa division cathode. Selon ING, le consensus des analystes prévoit une croissance de l'EBIT ajusté de 135 millions d'euros en 2021 à 257 millions d'euros en 2023. 

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20