Quand les geeks indiens se hissent au sommet de la Silicon Valley

Avec Parag Agrawal comme nouveau PDG de Twitter, un Indien d’origine est à nouveau à la tête d’une grande entreprise technologique américaine. Il a été précédé par Sundar Pichai (Google/Alphabet) et Satya Nadella (Microsoft).

On ne sait pas grand-chose de Parag Agrawal, né en Inde, qui succède aujourd’hui au fondateur Jack Dorsey au poste de PDG de Twitter. Il travaille pour l’entreprise de médias sociaux depuis 2011. Il a d’abord reçu le titre honorifique « d’ingénieur distingué » et, en 2017, il a été nommé directeur technique de la technologie (CTO). Selon Dorsey, Agrawal était déjà impliqué dans les décisions stratégiques-clés, il était donc évident qu’il devienne le nouveau PDG.

Même l’âge d’Agrawal n’est pas tout à fait certain, peut-être a-t-il 45 ans. Mais ce qui est certain, c’est qu’avec sa nomination, un autre ancien élève des Instituts indiens de technologie (IIT) va devenir le patron d’une grande entreprise technologique américaine. Le tout nouveau PDG a reçu une formation de base en informatique à l’IIT de Mumbai. Puis, comme tant d’Indiens talentueux, il a obtenu un doctorat à l’université californienne de Stanford, qui a fourni les meilleurs talents à la Silicon Valley pendant des décennies.

Les nombreuses années passées en Californie n’ont pas empêché la culture indienne de continuer à jouer un rôle important dans la vie d’Agrawal, comme en témoignent les posts avec sa femme Vineeta Agarwala sur Instagram et – bien sûr – Twitter.

Un groupe d’élite impressionnant

La trajectoire d’Agrawal n’est pas sans rappeler celle du PDG de Google, Sundar Pichai, né dans la mégapole indienne de Chennai. Pichai aussi est allé à Stanford après avoir étudié à l’IIT de Kharagpur.

Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, est originaire d’une autre métropole indienne, Hyderabad. Après avoir étudié l’ingénierie au Manipal Institute of Technology, dans le Karnataka, il s’est également aventuré aux États-Unis, dans les universités du Wisconsin-Milwaukee et de Chicago.

Pichai et Nadella sont devenus mondialement célèbres en tant que porte-drapeaux de leurs entreprises Big Tech, tant auprès des décideurs politiques à Washington et à Bruxelles que des médias. C’est un rôle qu’Agrawal devra vraisemblablement assumer en tant que leader d’une puissance technologique, dont l’outil est d’ailleurs très utilsé par ces deux catégories de personnes.

Ces trois personnes sont loin d’être les seuls PDG du secteur des technologies d’origine indienne. Des personnalités comme Arvind Krishna (IBM), Shantanu Narayen (Adobe), Rangarajan Raghuram (VMWare), Nikesh Arora (Palo Alto Networks) ont créé toute une classe de « techies » indiens qui font parler d’eux dans les grandes entreprises technologiques américaines de la Silicon Valley et au-delà.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20