Pas de Noël blanc pour les investisseurs: le rallye de Noël doit céder la place aux courbes rouges du cours des actions

La fin de l’année s’accompagne généralement d’un rallye de Noël sur les marchés boursiers. Mais pour l’instant, il semble que ce sera tout sauf un Noël blanc pour les investisseurs. La souche omicron du coronavirus et les inquiétudes concernant le plan de relance de Joe Biden font plonger les marchés boursiers dans le rouge.

À première vue, les investisseurs semblaient soulagés par la décision de la Réserve fédérale sur les taux d’intérêt la semaine dernière. Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine, a annoncé qu’il allait réduire progressivement et plus rapidement les achats d’obligations. Il a ajouté qu’il pourrait y avoir jusqu’à trois hausses de taux d’intérêt en 2022. Dans une première réaction, les bourses ont connu une forte hausse. Mais jeudi soir, elles ont glissé dans le rouge. Ce jour-là, la BCE a également annoncé un resserrement de la politique monétaire, bien que moins drastique que celui de la Réserve fédérale.

Début de la semaine de négociation en rouge

Avec le début de la nouvelle semaine, les bourses ont encore plongé dans le rouge. L’Eurostoxx50 a commencé la semaine de négociation avec une baisse de 1,7% et le Bel20 a perdu 0,5%. L’indice vedette belge a pu limiter quelque peu la perte grâce à la bonne performance d’ArgenX. Les actions de la société de biotechnologie ont augmenté de 15% peu après la cloche d’ouverture à la suite de l’annonce de l’autorisation de commercialiser son médicament efgartigimod aux États-Unis.

Mais quelle est la cause de ces fortes baisses ? Tout d’abord, il y a les préoccupations concernant le variant omicron du coronavirus. De plus en plus de pays renforcent les mesures sanitaires pour empêcher la propagation de la nouvelle variante. Les Pays-Bas, par exemple, se sont à nouveau confinés. Tous les magasins essentiels ont été fermés jusqu’au 14 janvier.

Le Royaume-Uni, lui aussi, n’exclut pas un nouveau durcissement des mesures. Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a déclaré dans une interview accordée au radiodiffuseur public BBC dimanche qu’il n’excluait pas de renforcer les mesures. « Il n’y a aucune garantie dans cette pandémie », a-t-il déclaré. Dans notre pays, un nouveau comité de concertation est prévu pour mercredi. Il est déjà presque certain qu’il n’y aura pas d’allègement des mesures.

Veto contre le plan d’investissement de Biden

Quoi qu’il en soit, il est de plus en plus évident que le variant omicron gardera les marchés boursiers sous pression pendant un certain temps. En outre, Joe Manchin, le sénateur démocrate de Virginie occidentale, a posé son veto contre le plan d’investissement du président américain Joe Biden. Avec ce plan, le président américain veut injecter 1.750 milliards de dollars dans l’économie américaine.

Le paquet d’investissements permettrait, entre autres, de rendre les services de garde d’enfants moins chers, de réduire les impôts sur les familles et de développer considérablement les services de santé. Le plan comporte également de nombreuses mesures écologiques, comme le fait de rendre fiscalement avantageux l’achat d’une voiture électrique.

Manchin craint que le plan Biden n’augmente encore l’inflation. Il a atteint 6,8 % en novembre, le niveau le plus élevé depuis 1982. « Je ne peux pas voter pour faire avancer cette législation », a-t-il déclaré lors d’une interview avec Fox News Sunday.

« Mes collègues démocrates à Washington sont déterminés à redessiner notre société d’une manière qui rend notre pays encore plus vulnérable. C’est un risque que je ne suis pas prêt à prendre compte tenu d’une dette nationale de 29.000 milliards de dollars et d’une taxe sur l’inflation qui frappe tous les Américains à la pompe, à l’épicerie et sur leurs factures d’énergie », a-t-il écrit.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20