Oubliez l’or, l’argent sera la star de 2023

2023 restera une année d’incertitude et d’inflation, même si cette dernière a commencé sa décrue. On promet à l’or un beau parcours, mais l’argent pourrait faire encore mieux.

Dans l’actu : qui de l’or ou l’argent aura le meilleur rendement ?

  • Malgré une longue période de crise, l’or a connu toutes les difficultés à décoller en 2022. De là à perdre son statut de valeur refuge ? Dans les 9 premiers mois de l’année dernière, c’est le dollar qui a joué ce rôle.
  • Mais un tournant s’est opéré à la fin de l’année : le dollar a amorcé une chute alors que l’or a gagné en valeur pour atteindre les 1.900 dollars l’once. La raison principale est que l’inflation devrait se maintenir à un certain niveau en 2023. Les banques centrales n’ont pas fini d’augmenter les taux d’intérêt et de dévaluer les monnaies.
  • Mais un meilleur investissement pourrait être l’argent : selon Refinitiv, l’once d’argent pourrait se négocier l’année prochaine à 30 dollars, soit son plus au niveau depuis 2013.
  • Pour l’heure, l’once se négocie à 23,90 dollars.

La raison : l’argent adore l’inflation.

  • « L’argent a historiquement délivré des gains de près de 20% par an les années où l’inflation est élevée. Compte tenu de ce bilan et du fait que l’argent reste bon marché par rapport à l’or, il ne serait pas surprenant de voir l’argent se diriger vers les 30 dollars l’once cette année », a confirmé Janie Simpson, PDG d’ABC Bullion, spécialiste des métaux précieux, à CNBC.
  • Historiquement, l’argent a connu un prix plancher en 1976 à 4 dollars l’once. Une longue période d’inflation l’a mené en 1980 à 49,45 dollars, l’inflation était cette année-là de plus de 13%.
  • Alors, oui, l’inflation a entamé sa décrue, principalement en raison de la chute des prix de l’énergie, mais l’inflation sous-jacente reste importante. Un consensus se dessine autour du fait que l’inflation se maintiendra à un niveau élevé cette année, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe.
  • En outre, l’argent est en pénurie alors que la demande ne cesse d’augmenter. L’industrie est à elle seule responsable de 50% de la demande. Or les stocks physiques diminuent et ils ne sont pas faciles à remplir (une nouvelle mine d’argent ne s’improvise pas). Le métal est couramment utilisé dans la fabrication d’automobiles, de panneaux solaires, de bijoux et de l’électronique.
  • Un seul nuage sombre : tout dépendra d’une éventuelle récession qui pourrait calmer la demande.

2023 : l’année des métaux.

  • La relance chinoise pourrait amorcer une nouvelle course aux matières premières. Sur le dernier mois, le minerai de fer a gagné 12%, le cuivre 11% et l’acier 7%.
  • Le lithium est en recul, mais on lui promet une année foudroyante, avec la demande des voitures électriques. Le lithium ne manque pas sur Terre, mais son exploitation est pour le moment limitée à quelques endroits.

Disclaimer : cet article se lit à titre d’information et non de conseil financier.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20