Boom de l’or blanc : le cours de l’action cette entreprise spécialisée dans le lithium pourrait augmenter de 600%

Les négociants en lithium britanniques (en herbe) de CleanTech Lithium ont le vent en poupe sur le marché boursier. Et ce, sans n’avoir jamais extrait un seul gramme de métal.

Pourquoi est-ce important ?

Le lithium est considéré comme un élément clé de la transition énergétique. En effet, ce métal alcalin est essentiel à la production de batteries pour les voitures électriques, qui devraient remplacer les voitures à moteur à combustion dans les prochaines décennies. Un prix bas pour le métal blanc argenté est nécessaire pour rendre les véhicules électriques abordables pour les consommateurs.

L’actualité : les analystes de la banque d’investissement Canaccord Genuity estiment que le cours de l’action de CleanTech Lithium pourrait augmenter de 600 % au cours des 12 prochains mois, pour atteindre 2,80 £ (3,16 €). Si, au moins, la fièvre du lithium continue.

Contexte : Au début du mois, CleanTech a publié une étude de faisabilité initiale sur son projet d’exploitation minière de lithium au Chili. C’est prometteur.

La citation : « Nous pensons que le titre est resté sous le radar depuis son introduction en bourse en 2022. Toutefois, avec la publication récente de la première étude économique et plusieurs catalyseurs potentiels en 2023, nous nous attendons à ce que le titre enregistre une forte performance au cours de l’année à venir », a déclaré Alexander Bedwany, analyste des actions chez Canaccord, dans une note aux clients le 6 janvier.

Le pourquoi : CleanTech propose un moyen d’extraire le lithium qui n’est pas encore largement utilisé. Il est plus durable que les deux procédés couramment utilisés.

  • Actuellement, l’extraction se fait par le biais de mines à ciel ouvert ou d’eau salée contenant du lithium, qui se trouve dans les nappes phréatiques sous les déserts salins, pompée dans des bassins – les bassins d’évaporation – et finalement évaporée au soleil pour atteindre l’état requis. C’est le même procédé qui permet de produire du sel de table à partir de l’eau de mer. Une fois l’eau évaporée, il reste le lithium.
  • Ces deux méthodes sont très polluantes. Le laboratoire des énergies renouvelables du département américain de l’énergie, réputé dans le monde entier, souligne qu’elles entraînent une pollution des sols et nécessitent une très forte consommation d’eau, dans des régions qui souffrent déjà de sécheresse et de désertification. De plus, les sites d’extraction prennent beaucoup d’espace.
  • Les Britanniques de CleanTech, en revanche, prévoient d’extraire le métal par « extraction directe du lithium ». Dans le procédé qu’ils proposent, « la saumure est pompée dans l’unité de traitement et la résine est utilisée pour extraire uniquement le lithium. La saumure usée est ensuite réinjectée », peut-on lire dans un communiqué. Cela permettrait d’éviter l’utilisation de bassins d’évaporation et l’épuisement des ressources en eau souterraine.
  • En outre, CleanTech prévoit d’alimenter son processus d’extraction du lithium à l’aide d’énergies renouvelables, ce qui le rendra totalement neutre en carbone.

Et maintenant ? CleanTech Lithium devrait commencer sa production au début de 2024. Pendant ce temps, l’action bénéficie de la fièvre de l’or blanc.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20