‘Mangez des tomates et des citrons’: les conseils de la Bulgarie pour les vaccinés et les malades du Covid-19

Le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov. (xMartinxJuenx SEPAxMedia)

Pire élève de la classe de l’Union européenne en termes de vaccination, la Bulgarie a lancé une nouvelle recommandation à l’adresse de sa population. Les vaccinés doivent consommer des tomates. Les malade doivent, eux, manger des citrons.

Avec à peine 5,26% de sa population ayant reçu au moins une dose d’un vaccin contre le Covid-19, la Bulgarie est le pays de l’UE à la campagne de vaccination la plus lente. Le pays se conforme aux directives de l’Agence européenne du médicament (EMA), administrant pour l’instant trois vaccins: Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Désireuse de faire des économies, la Bulgarie privilégie le vaccin AstraZeneca. Encore plus que les autres nations européennes, elle en subit les importants retards de livraisons. La lenteur de la campagne vaccinale locale est aussi due en grande partie à la méfiance de la population envers les vaccins contre le Covid-19, et plus globalement envers les autorités nationales. Fin février, Sofia a fait sauter le système des groupes prioritaires: tout Bulgare qui souhaite se faire vacciner peut se rendre dans un centre prévu à cet effet. Cette décision a donné un coup de fouet à la campagne, mais l’enthousiasme des premiers jours a rapidement faibli.

Fort logiquement, les diverses controverses au sujet d’AstraZeneca qui ont (eu) cours partout en Europe ne sont pas de nature à donner confiance aux Bulgares. Entre le 12 et le 18 mars, le gouvernement bulgare avait d’ailleurs suspendu le vaccination à l’aide du produit britannique, suivant une douzaine d’autres pays craignant les risques de thrombose engendrés par le vaccin.

Pas de limite d’âge, mais de la tomate

Le 18 mars, l’EMA a rendu un avis positif au sujet du vaccin AstraZeneca, le qualifiant de ‘sûr et efficace’. L’agence européenne avait toutefois reconnu qu’elle ne pouvait pas encore exclure l’existence d’un lien entre le vaccin et les rares cas de thromboses observés en Europe.

Suite à cette annonce, plusieurs pays européens ont décidé de réutiliser le vaccin mais de le limiter aux patients plus âgés. La France et l’Espagne le réservent aux 55 ans et plus, l’Allemagne aux 60 ans et plus, la Suède et la Finlande aux 65 ans et plus. Le Danemark et la Norvège n’ont quant à eux pas encore levé la suspension du vaccin.

Ce mercredi, l’EMA a déclaré ‘ne pas avoir identifié de facteurs de risque spécifiques tels que l’âge, le genre ou un passé médical incluant des problèmes de caillots sanguins pour ces très rares cas’ signalés de complications survenues chez des personnes vaccinées avec le produit d’AstraZeneca. ‘Aucun lien causal avec le vaccin n’est prouvé, mais il est possible et des analyses supplémentaires sont en cours’, a-t-elle ajouté.

De son côté, la Bulgarie a décidé de maintenir l’utilisation du vaccin AstraZeneca pour l’ensemble de sa population. En revanche, rapporte Euractiv, elle a recommandé aux personnes ayant reçu ce vaccin de manger des tomates et de boire du jus de tomate. Il s’agit d’une recommandation officielle, émise ce mercredi par le directeur du Centre national bulgare des maladies infectieuses et parasitaires, le professeur Todor Kantardzhiev. D’après lui, la tomate constitue un remède naturel contre la coagulation du sang.

Visiblement adepte de la médecine naturelle, le professeur Kantardzhiev avait déjà surpris il y a deux semaines, lorsqu’il avait conseillé aux personnes souffrant du Covid-19 de manger du citron saupoudré de bicarbonate de soude pour réduire la charge virale dans leur gorge.

Sur le même sujet: