L’UE stoppe ses livraisons du vaccin AstraZeneca au Royaume-Uni: ‘C’est non négociable’

Les vaccins AstraZeneca produits sur le sol européen resteront dans l’UE, jusqu’à nouvel ordre.

Face aux retards d’AstraZeneca, l’Union européenne a décidé de sévir. Les doses produites sur son territoire ne seront plus exportées, tant que la firme n’a pas rempli ses engagements envers l’UE.

L’information a été confirmée par Thierry Breton lors d’un entretien accordé au quotidien britannique Financial Times. Le commissaire européen en charge des vaccins a indiqué que plus aucune dose du vaccin AstraZeneca ne sortirait de l’Union européenne jusqu’à nouvel ordre. Une seule exception: l’initiative Covax, qui vise à livrer les vaccins partout dans le monde, particulièrement auprès des pays pauvres.

Thierry Breton a ajouté que la décision de l’UE était ‘non négociable’. ‘Si [AstraZeneca] en fait plus, nous n’avons pas de problème, mais tant qu’elle ne respecte pas son engagement envers nous, les doses restent en Europe – sauf pour Covax’, a-t-il déclaré.

Le commissaire européen a expliqué que les doses produites au sein des usines de Seneffe (Belgique) et de Leiden (Pays-Bas) correspondent ‘plus ou moins’ aux engagements pris par AstraZeneca envers l’UE. Elles resteront donc sur le territoire du bloc. En agissant ainsi, l’Union tente simplement de s’assurer que le contrat d’AstraZeneca avec l’UE ‘soit respecté’, a expliqué M. Breton. ‘Et bien sûr, nous sommes ici pour aider nos amis britanniques… Mais nous n’avons rien à négocier’

La fin d’une autoroute à sens unique

Alors qu’elle avait promis de livrer 120 millions de doses à l’UE pour le premier trimestre de 2021, AstraZeneca ne lui en a livré que 30 millions, toutes produites sur le sol européen. D’après Ursula von der Leyen, dans le même temps, 1 million de doses d’AstraZeneca ont été envoyées par l’UE au Royaume-Uni. Si l’on prend en compte l’ensemble des vaccins, ce chiffre s’élève à 21 millions, entre début décembre et fin mars.

Les retards d’AstraZeneca dans l’UE ont considérablement ralenti les campagnes de vaccination nationales des Etats membres. Seuls 11,2% des habitants de l’Union ont reçu au moins une dose d’un vaccin contre le coronavirus. C’est 4 fois moins que le taux affiché par le Royaume-Uni (46,3%).

D’après Bloomberg, 5 pays (Bulgarie, Croatie, Lettonie, Estonie, Slovaquie) avaient demandé à recevoir moins de vaccins Pfizer – plus coûteux – pour privilégier les vaccins AstraZeneca. Les trois premiers cités figurent déjà parmi les victimes les plus sévèrement touchées par les retards de la firme britannique. Etant donné qu’il faudra du temps avant qu’AstraZeneca ne résorbe ses retards, l’Estonie et la Slovaquie devraient bientôt les rejoindre en queue de peloton. D’ici l’été, l’écart entre ces 5 pays et le reste de l’UE devrait atteindre des proportions encore plus importantes. La Commission envisage maintenant de leur fournir des vaccins Pfizer normalement destinés à d’autres pays du bloc.

D’ici le milieu de l’année, si la stratégie de l’UE n’est pas ajustée, l’Estonie, la Lettonie, la Bulgarie, la Slovaquie et la Croatie risquent d’être très loin de la moyenne européenne. (ourworldindata.com)

Si l’on élargit le spectre à toutes les exportations, l’UE a exporté davantage de doses qu’elle n’en a administrées. Entre le 1er décembre 2020 et le 25 mars 2021, il apparaît que l’Union européenne a exporté environ 77 millions de doses de vaccins vers quelques 33 pays étrangers. Dans le même temps, elle n’en a administré que 62 millions.

La semaine dernière, la Commission européenne a instauré deux critères supplémentaires permettant de refuser une exportation. Comme attendu, les vaccins AstraZeneca sont les premiers à en faire les frais.

Sur le même sujet: