L’UE engage une procédure contre la Chine auprès de l’Organisation mondiale du commerce pour son boycott des produits lituaniens

La Chine bloque les importations de produits comportant des composants lituaniens après que le pays balte ait choisi de renforcer ses liens avec Taïwan.

La Commission européenne estime depuis décembre que la Chine bloque l’importation de produits européens comportant des composants lituaniens. Par exemple, la superpuissance asiatique aurait déjà fait pression sur le fabricant allemand de pneumatiques Continental pour qu’il cherche des pièces ailleurs.

Jeudi, il est apparu clairement que, après plusieurs allusions ces dernières semaines, l’UE s’adressera à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour dénoncer la Chine. « Ces mesures, qui semblent discriminatoires et illégales au regard des règles de l’OMC, portent préjudice aux exportateurs tant en Lituanie qu’ailleurs dans l’UE« , a déclaré la Commission européenne.

« Après l’échec répété des tentatives de résolution bilatérale de la question, nous ne voyons pas d’autre issue que la consultation de la Chine dans le cadre d’un règlement des différends à l’OMC », affirme Valdis Dombrovskis, commissaire européen chargé du portefeuille du commerce.

Taïwan garde une provision de 1,2 milliard de dollars

La Lituanie s’est attiré les foudres de la Chine en maintenant des liens diplomatiques avec Taïwan. Officiellement République de Chine, l’île, qui vit sous un régime démocratique, est considérée par Pékin comme partie intégrante de la République populaire de Chine. Le gouvernement de Taipei voit cependant les choses différemment, et les Taïwanais travaillent entre-temps à leur propre identité nationale, qui se distingue de plus en plus du continent.

Au début de cette année, Taïwan a déjà annoncé la création de deux fonds d’investissement d’un montant total de 1,2 milliard de dollars US pour soutenir la Lituanie. Selon Eric Huang, responsable du bureau de représentation de Taïwan à Vilnius, ces fonds servent à identifier les opportunités d’investissement en Lituanie et à les dépenser massivement. Par exemple, Taïwan s’intéresse particulièrement aux technologies satellitaires de la Lituanie et étudie la possibilité pour le pays asiatique qui possède la plus puissante production de puces informatiques au monde d’installer une partie de sa chaîne de fabrication dans l’État balte.

« Ridicule et terrifiant ».

Une période de consultation de 60 jours débutera bientôt au sein de l’OMC, après quoi l’UE pourra demander la mise en place d’un groupe spécial d’arbitrage qui pourrait prendre plusieurs mois supplémentaires pour rendre sa décision.

Pendant ce temps, la décision de la Lituanie de soutenir Taïwan se heurte à des avis partagés au sein de l’UE. L’Allemagne, en particulier, craint que ses secteurs ne soient affectés. Le Financial Times écrit jeudi qu’un diplomate européen anonyme a déclaré que la Lituanie n’avait pas consulté les autres États membres avant de prendre la décision de soutenir Taïwan, mais qu’elle attend désormais la solidarité de tous les États membres pour son différend économique avec la Chine.

D’autres personnalités de l’UE, en revanche, expriment leur soutien à la Lituanie et à Taïwan. Le Premier ministre slovène Janez Janša a qualifié la réaction de la Chine à la coopération entre la Lituanie et Taiwan de « ridicule » et « effrayante » et a averti Pékin que les pressions exercées sur la Lituanie et d’autres pays européens ne feront que se retourner contre eux.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20