‘Les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières que les voitures thermiques’

Ipa/Sipa USA/Isopix

Les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières que les voitures thermiques, surtout si on recycle bien leurs batteries, analyse l’ONG européenne Transport & Environment dans une étude publiée lundi.

Une voiture électrique rechargée aux énergies renouvelables aurait besoin de 58% moins d’énergie qu’une voiture thermique sur tout son cycle de vie, selon cette étude publiée alors que les ventes d’électriques explosent et que des usines de batteries ouvrent en Europe.

60% de l’énergie consommée par la voiture électrique sert à la recharger, 23% pour la fabrication de la batterie, 11% pour la fabrication du reste du véhicule et 7% pour la production des éoliennes et panneaux solaires.

Dans le cas d’une voiture thermique, 77% de l’énergie est brûlée sous forme de carburant (17.000 litres de pétrole ou 13.500 litres de diesel sur 225.000 kilomètres), et 18% utilisée pour l’extraction, le raffinement et le transport du pétrole.

Lithium, cobalt, nickel, aluminium

« Les voitures électriques sont au cœur d’une économie circulaire dans laquelle les matières premières peuvent être recyclées pour produire d’autres batteries », explique un des auteurs de l’étude, Lucien Mathieu.

Une batterie de voiture électrique est composée d’environ 160 kilos de métaux, dont une grande part de graphite, aluminium et nickel, dans des parts qui baissent avec les nouvelles batteries.

Avec l’amélioration des technologies de recyclage, seuls 30 kilos resteraient difficiles à réutiliser, selon l’ONG.

Le recyclage des batteries est « crucial pour réduire la pression sur la demande de matières premières (comme le lithium, le cobalt ou le nickel, NDLR) et limiter l’impact que leur extraction peut avoir sur l’environnement et les populations », souligne Lucien Mathieu.

Objectifs européens

La Commission européenne a proposé en décembre 2020 des objectifs minimum de recyclage de 65% du poids des batteries d’ici 2025 et 70% d’ici 2030. Transport & Environment veut pousser l’Europe à aller plus loin, en imposant un recyclage du lithium à 90%, par exemple, et en développant ses capacités de recyclage, « très limitées » pour l’instant.

En termes d’émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation de voitures électriques produit 63% de moins de CO2 (principalement durant la phase de production), en moyenne en Europe, que les thermiques, selon une précédente étude de l’ONG.