Les voitures de société plus lourdement taxées: jusqu’à 145 euros supplémentaires par an

L’autoroute E40, à Bruxelles. – Jean-Marc Quinet/Isopix

Les employés devront payer environ 100 euros d’impôts supplémentaires sur leur voiture de société cette année, par rapport à 2020. C’est la conclusion des simulations effectuées par le prestataire de services SD Worx. Plus le véhicule est grand, plus la hausse d’impôts est importante.

  • Les autorités fiscales considèrent une voiture de société à usage personnel comme un avantage de toute nature (ATN), une forme de revenu professionnel sur lequel vous devez payer des impôts. Pour cette année, les simulations de SD Worx confirment que les taxes sur les modèles les plus couramment choisis seront un peu plus élevées. Le montant de la retenue à la source sur les revenus professionnels étant plus élevé, cela signifie que les salariés se retrouveront avec une somme légèrement inférieure chaque mois.
  • Dans les exemples sélectionnés, on parle de 5 à 12 euros de taxe supplémentaire par mois, soit 60 à 145 euros par an. Pour certains employés, l’augmentation ne fera guère de différence. Pour d’autres, elle pourrait constituer une incitation à envisager des alternatives à la voiture de société, comme un budget de mobilité.

Les voitures de société: un manque à gagner de 2,3 milliards d’euros par an pour l’État belge

  • Quoi qu’il en soit, même la plus petite et la plus économique des voitures de société coûte au moins 57 euros par mois en taxes. Cela fonctionne comme suit. Depuis cette année, le plafond minimum légal pour l’avantage de toute nature est de 1.370 euros. En tenant compte d’un taux d’imposition moyen de 50%, vous payez alors 695 euros d’impôts par an, soit 57 euros par mois. C’est le minimum absolu. Mais souvent, c’est beaucoup plus.
  • Le calcul de l’avantage de toute nature est basé sur les émissions de CO2, la valeur catalogue et l’âge de la voiture. Le coefficient de CO2 utilisé, qui est recalculé chaque année, est particulièrement important. Les émissions du véhicule de société sont comparées aux émissions de référence basées sur les nouvelles voitures sur le marché.
  • En moyenne, ces nouveaux véhicules émettent moins de CO2. Conséquence pour de nombreuses voitures de société: le coefficient de CO2 augmente, tout comme l’avantage de toute nature et la taxe. Pour une Audi A3, la hausse se limite à 60 euros par an, mais pour une BMW X1 – un SUV fréquemment proposé comme voiture de société – la taxe supplémentaire s’élève à 145 euros. Les simulations suivantes partent du principe que la voiture en est à sa première année d’utilisation et que le taux d’imposition est de 50%.

Les émissions des voitures sont mal calculées: un enjeu climatique et économique sur la table du Parlement européen

Audi A3 essence

  • Prix catalogue: 28.320 euros
  • Émissions de CO2: 108 grammes par kilomètre
  • Avantage de toute nature en 2020: 1.360 euros
  • Avantage de toute nature en 2021: 1.481 euros
  • Différence: 121 euros
  • Augmentation de l’impôt (au taux de 50%): 60,5 euros

Opel Astra turbo diesel

  • Prix catalogue: 30.850 euros
  • Émissions de CO2: 91 grammes par kilomètre
  • Avantage de toute nature en 2020: 1.454 euros
  • Avantage de toute nature en 2021: 1.639 euros
  • Différence: 185 euros
  • Augmentation de l’impôt (au taux de 50%): 92,5 euros

Audi A4 Avant diesel

  • Prix catalogue: 35.410 euros
  • Émissions de CO2: 104 grammes par kilomètre
  • Avantage de toute nature en 2020: 2.064 euros
  • Avantage de toute nature en 2021: 2.276 euros
  • Différence: 212 euros
  • Augmentation de l’impôt (au taux de 50%): 106 euros

BMW X1 essence

  • Prix catalogue: 37.585 euros
  • Émissions de CO2: 128 grammes par kilomètre
  • Avantage de toute nature en 2020: 2.319 euros
  • Avantage de toute nature en 2021: 2.609 euros
  • Différence: 290 euros
  • Augmentation de l’impôt (au taux de 50%): 145 euros

Lire aussi: