Les voitures de société: un manque à gagner de 2,3 milliards d’euros par an pour l’État belge

E-411 – Isopix

La Belgique est le pays européen qui offre le plus gros avantage fiscal sur les voitures de société. En limitant les impôts sur cet avantage donné aux employés, l’État belge se prive de 2,3 milliards d’euros chaque année.

57% des voitures vendues en 2019 étaient des voitures de société, selon un rapport de l’ONG Transport & Environnement. Si elles représentent une aussi grande part du marché, c’est grâce aux avantages fiscaux offerts aux entreprises. La Belgique est numéro 1 en Europe sur la réduction d’impôts pour les voitures de société. Ça coûte donc moins cher aux entreprises belges de proposer une voiture-salaire (un avantage de toute nature) plutôt qu’une augmentation de salaire. De nombreux employeurs choisissent donc cette solution.

Mais cela pose plusieurs problèmes :

  • Le parc automobile belge est de plus en plus gros, ce qui provoque de souci de mobilité.
  • Les employés ont tendance à choisir des modèles plus puissants et plus lourds, qui polluent donc plus, selon le rapport.
  • Il y a un manque d’équité entre les personnes qui doivent payer elles-mêmes leur voiture pour se déplacer avec tous les frais que cela inclut (essence, réparation, entretien, assurance, etc.) et ceux qui profitent d’une voiture pratiquement tous frais payés par leur employeur. En outre, l’argent que l’État belge ne va pas chercher chez les employeurs, il le récupère ailleurs. Selon le rapport, cet avantage coûterait 196 euros par an à chaque contribuable.

Coût supplémentaire pour l’État belge, qui en plus de se priver de 2,3 milliards d’euros, doit débourser de l’argent pour permettre à ses voitures de rouler.

Le gouvernement De Croo

En Belgique, ni les libéraux ni les socialistes ne veulent mettre fin à ce système. Le nouveau gouvernement a donc décidé d’agir sur l’un des problèmes : les dégâts sur l’environnement.

À partir de 2026, toutes les nouvelles voitures de sociétés devront rouler à l’électricité ou à l’hydrogène. Le but est de dépolluer le parc automobile belge et de pousser les travailleurs belges à se diriger vers des voitures beaucoup moins polluantes. Toutefois, cela ne sera effectif que dans 6 ans, si l’accord de gouvernement est bien suivi.

Si cela laisse le temps au secteur automobile de développé des alternatives en suffisance, de nombreuses voitures thermiques seront encore vendues pendant les 6 prochaines années.