Les secrets des entreprises centenaires, voire millénaires au Japon

Akishino is nu officieel de eerste in rij om de Japanse keizerlijke troon te ervan. – Pool For Yomiuri/AP

Alors que pour bon nombre d’entreprises, la crise du coronavirus représente le coup dur d’une existence, la pandémie ne constitue pour certaines autres, plus rares, qu’un aléa de plus dans une histoire marquée par les guerres, les catastrophes naturelles ou les changements de régime.

Le Japon recense plus de 33.000 entreprises centenaires. Ce qui représente environ 40% de l’ensemble des entreprises de plus 100 ans à travers le monde, écrivait récemment le New York Times. Et parmi elles, plus de 3.100 dépassent les 200 ans d’existence, 140 ont ouvert leurs portes il y a au moins 500 ans et 19 sont carrément millénaires.

Si la plupart de ces entreprises sont de petites PME familiales, certaines firmes mondialement connues font également partie de ce vénérable lot, à l’instar du géant du gaming Nintendo – 131 ans d’existence – ou encore le fabricant de sauce soja Kikkoman, 103 années au compteur.

‘Pour survivre pendant un millénaire, une entreprise ne peut pas se contenter de courir après les profits’

‘Si vous regardez les manuels d’économie, les entreprises sont censées maximiser leurs profits, augmenter leur taille, leur part de marché et leur taux de croissance. Mais les principes de fonctionnement de ces entreprises (centenaires) sont complètement différents’, explique Kenji Matsuoka, professeur de commerce à l’université Ryukoku de Kyoto, au New York Times. ‘Leur priorité numéro un est de continuer. Chaque génération est comme un coureur dans une course de relais. Ce qui est important, c’est de passer le témoin.’

Naomi Hasegawa, dont la famille vend des mochis (petits gâteaux à base de riz) dans une boutique de Kyoto depuis plus de 1.000 ans, explique au grand quotidien américain que ‘pour survivre pendant un millénaire, une entreprise ne peut pas se contenter de courir après les profits. Elle doit poursuivre un objectif plus élevé’. Des valeurs ou préceptes familiaux, rassemblés sous la dénomination ‘kakun’, qui guident les décisions commerciales de génération en génération.

Secrets de centenaires

Plusieurs traits particuliers distinguent ces entreprises à la longévité exceptionnelle des firmes plus conventionnelles:

  • Elles prennent soin de leurs employés.
  • Elles soutiennent la communauté
  • Elles s’efforcent de fabriquer un produit qui inspire la fierté.
  • Leur croissance est généralement plus faible, mais durable.
  • Elles ont une aversion pour le risque. ‘Même lorsqu’elles font des profits, elles n’augmentent pas leurs dépenses d’investissement outre mesure’, explique Tomohiro Ota, analyste à la banque Goldman Sachs, au New York Times.
  • Elles disposent d’une épargne suffisante pour faire face aux aléas économiques. Selon une enquête menée l’été dernier, un quart des entreprises centenaires interrogées ont déclaré disposer de suffisamment de fonds pour fonctionner pendant deux années ou plus.

Le Covid-19 pousse les grandes entreprises à remettre en question 15 à 20 % de leurs effectifs : la bonne excuse ?

Des défis particuliers

Toutefois, ces entreprises qui traversent le temps doivent faire face à des défis qui leur sont propres:

  • Trouver un successeur
  • Recruter du personnel qualifié pour des métiers souvent anciens et rares
  • S’adapter à l’évolution des goûts des consommateurs.
  • Et particulièrement dans le cas du Japon, faire face au vieillissement de la population.

Ces nouvelles entreprises technologiques cotées en Bourse qui ont gagné le pactole ces derniers mois