Les ours polaires chassent désormais le renne avec succès. Ils s’adaptent au changement climatique, mais est-ce bien suffisant ?

Récemment, des scientifiques de Hornsund, dans l’archipel norvégien de Svalbard, ont vu un ours polaire poursuivre un renne dans la mer avant de le tuer, de le traîner sur le rivage et de le manger. La vidéo qu’ils ont prise a été largement partagée sur les plateformes d’information et de réseaux sociaux. Puis, deux jours plus tard, ils ont vu le même ours tuer un deuxième renne. Les ours polaires semblent déplacer leurs terrains de chasse ailleurs, peut-être en réponse au changement climatique. Mais cela signifie-t-il pour autant qu’ils peuvent s’adapter ?

Les observations des scientifiques du Svalbard constituent le premier compte rendu détaillé d’une chasse complète et réussie de rennes de la région par des ours polaires. Mais ils font suite à 13 rapports précédents d’ours polaires s’attaquant à des rennes dans le même archipel entre 1983 et 1999.

Ce sont loin d’être les premiers témoignages d’ours polaires changeant leur régime alimentaire. Normalement, ils se nourrissent de phoques pendant les mois où la mer est gelée. Mais leur utilisation de sources de nourriture supplémentaires pendant les mois maigres de l’été est connue depuis des décennies. Les ours mangent des œufs d’oiseaux de mer et se nourrissent à la décharge de Churchill (une installation de recyclage et de traitement des déchets) dans la baie d’Hudson, par exemple.

Pourtant, des rapports similaires d’alimentation terrestre sont devenus plus fréquents ces dernières années. Qu’il s’agisse de traquer et de poursuivre les caribous canadiens, de pêcher les truites saumonées de l’Arctique, d’attraper les oies et les rongeurs, de brouter la végétation ou de patrouiller dans les décharges humaines, les ours polaires essaient tout.

De plus en plus en difficultés

Les ours polaires ont évolué relativement rapidement pour devenir des chasseurs très efficaces de mammifères marins. Ils ont un régime alimentaire riche en graisses et dépendent des proies qui vivent sur la glace, comme les phoques et les otaries. Par conséquent, ils sont gravement menacés par le réchauffement climatique. Avec l’augmentation des températures mondiales, la glace de mer arctique fond plus tôt en été et gèle plus tard en hiver. Et comme les périodes sans glace s’allongent, les ours polaires passent plus de temps sur la terre ferme sans avoir accès à leur nourriture principale.

Leur situation est également exacerbée par d’autres facteurs. Une étude récente a révélé que les besoins énergétiques des ours polaires sont plus élevés qu’on ne le pensait auparavant. En passant moins de temps sur la banquise et en consommant moins de graisse de phoque, les ours polaires auront plus de mal à satisfaire leurs besoins énergétiques, ce qui entraînera une hausse des taux de mortalité. Dans le même temps, l’augmentation de la vitesse du vent dans l’Arctique pourrait rendre la chasse aux phoques encore plus difficile.

Pas d’efficacité énergétique

Par conséquent, l’augmentation du nombre de rapports sur l’érosion estivale, la recherche de nourriture et la chasse sur terre n’est pas surprenante dans le contexte du changement climatique. Cependant, la question est de savoir s’ils peuvent survivre sur ces sources de nourriture terrienne. Et cela semble discutable en tant que stratégie à long terme.

Dans leur étude sur la recherche de nourriture dans les nids d’eiders de l’île de Mitvik (Canada), les chercheurs ont constaté que les ours polaires sont des prédateurs inefficaces des œufs d’oiseaux marins. En effet, ils utilisent plus d’énergie pour trouver les œufs qu’ils n’en obtiennent en les mangeant. De même, d’autres études ont montré que la consommation d’aliments terrestres par les ours polaires était insuffisante pour compenser la réduction des possibilités de chasse sur la glace.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20