Les mesures ‘Corona’ pourront rester en vigueur jusqu’au 1er mars

Elio Di Rupo Alexander De Croo Jan Jambon Overlegcomité
Elio Di Rupo (PS), Alexander De Croo (Open Vld), Jan Jambon (N-VA) – Isopix

Les règles en vigueur actuellement en matière de lutte contre le coronavirus en Belgique resteront officiellement en place jusqu’au 1er mars. Un nouvel arrêté ministériel en ce sens vient d’être publié au Moniteur belge. Toutefois, si la situation épidémiologique évolue positivement, le Comité de concertation peut toujours décider d’assouplir les règles plus tôt.

L’arrêté ministériel publié mardi officialise les décisions prises par le Comité de concertation de vendredi dernier. Il stipule notamment que les auto-écoles sont autorisées à rouvrir, y compris pour les permis de conduire de catégorie B et BE, ce qui était interdit jusqu’à présent.

Par ailleurs, les mesures de lutte contre le coronavirus en Belgique se attribuées une nouvelle date de fin officielle. Celle-ci était jusqu’ici fixée au 15 janvier, depuis le Comité de concertation du 27 novembre, mais elles devaient être prolongées. C’est désormais chose faite.

Un assouplissement plus tôt?

‘Les mesures prévues dans le présent décret s’appliquent jusqu’au 1er mars 2021’, peut-on lire dans le nouvel arrêté ministériel. Toutefois, cela ne signifie pas que les mesures actuelles resteront inchangées jusqu’à cette date. Il s’agit principalement d’une mesure technique prise par le gouvernement pour éviter de devoir constamment étendre ces mesures.

Un éventuel assouplissement des mesures dépend principalement des chiffres relatifs à l’épidémie dans notre pays. Fin novembre, le Comité de concertation s’était mis d’accord sur les trois indicateurs qui doivent faire l’objet d’un suivi.

Bruxelles suit

Bruxelles, en proie à une résurgence des cas, a décidé d’emboîter le pas du fédéral. Couvre-feu (22 heures à 6 heures), masque, commerces (fermeture 20h), interdiction de consommer de l’alcool sur la voie publique… rien ne devrait bouger d’ici le 1er mars.

‘L’objectif premier est de préserver la santé de tous les citoyens et d’éviter à tout prix une troisième vague qui serait catastrophique d’un point vue sanitaire, social et économique’, a commenté le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS).

Du côté wallon, on sait depuis hier que le couvre-feu (22h – 6h) est prolongé jusqu’au 15 février, au moins.

Lire aussi: