Pourquoi le vaccin d’AstraZeneca pourrait arriver en Europe plus vite que prévu

Astrazeneca coronavaccin
Shutterstock/Isopix

Le vaccin créé par AstraZeneca et l’université d’Oxford est l’un des plus attendus en Europe. Déjà autorisé au Royaume-Uni, il n’avait pas encore fait l’objet d’une demande officielle auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA). C’est maintenant chose faite.

AstraZeneca vient donc de fournir tous les documents nécessaires à l’EMA pour une approbation. Les études cliniques seront analysées au cours du mois. ‘Maintenant que la demande a été reçue, il peut y avoir une approbation le 29 janvier’, a déclaré Noel Wathion, directeur adjoint de l’EMA, dans un communiqué de presse.

L’Europe aurait donc un mois de retard sur le Royaume-Uni, qui a approuvé le vaccin fin décembre. Mais elle serait tout de même en avance sur le planning. Sans demande officielle d’AstraZeneca, les experts n’avaient pu donner qu’une estimation de la date d’approbation, soit vers le début du mois de février.

Ces quelques jours d’avance sont d’une importance cruciale. Plus tôt le vaccin est approuvé, plus tôt il est distribué dans les pays membres de l’Union européenne. En Belgique, 7,5 millions de doses ont été commandées à AstraZeneca. Vu qu’il faut deux doses, cela permettra de vacciner plus rapidement un peu moins de 4 millions de Belges.

Ce vaccin est également le moins cher, parmi tous ceux commandés par l’Union européenne. Selon la secrétaire d’État au Budget, Eva De Bleeker (Open VLD), une dose coûterait moins de deux euros.

Fonctionnement

Le vaccin conçu par AstraZeneca est différent des deux précédents validés par l’EMA. Il fonctionne sur base d’un virus inoffensif. C’est une pratique très courante et la plupart des vaccins que l’on connait actuellement l’utilisent. Le but est d’apprendre à notre système immunitaire à reconnaitre le virus si un jour il se présente.

Son avantage est qu’il n’a pas besoin d’être conservé à de basses températures. Un simple conditionnement dans un compartiment réfrigéré suffit. Le vaccin de Pfizer et BioNTech a besoin d’être maintenu à une température en dessous de -80 °C. Celui de Moderna demande d’être transporté dans un congélateur à -20 °C, mais peut ensuite être conservé un mois dans un simple frigo.

Les vaccins AstraZeneca et Moderna facilitent donc la vaccination. Et cela sera bientôt nécessaire en Belgique. Une fois que les résidents et le personnel des maisons de repos seront vaccinés, ce sera au tour des plus de 65 ans. Et les gouvernements belges devront décider de la logistique pour les accueillir.