Les grosses transactions financières dans le collimateur du gouvernement De Croo

Alexander De Croo (Open Vld)
Alexander De Croo (Open Vld) – Isopix

Les partis Vivaldi prévoient une taxe sur les opérations financières supérieures à un million d’euros. Celle-ci pourrait rapporter entre 150 et 300 millions d’euros par an.

Selon De Tijd, la taxe concernera seulement certaines transactions supérieures à un million d’euros. Les recettes doivent servir à refinancer les soins de santé.

L’accord de coalition ne mentionne pas spécifiquement un impôt sur les gros actifs, mais les partis au pouvoir y ont toutefois laissé une ouverture pour l’introduction d’une telle taxe.

‘Le Gouvernement demandera une contribution équitable aux individus qui ont la plus grande capacité contributive, dans le respect de l’entrepreneuriat’, stipule le rapport des formateurs.

Exonérations

Toujours selon le quotidien économique, il s’agira d’une retenue à la source, c’est-à-dire au moment où l’opération est exécutée. Toutefois, afin de préserver l’entrepreneuriat, les opérations portant sur la vente de PME seraient exonérées. Idem pour les actions nominatives qui concernent bon nombre de petites entreprises.

Les modalités du prélèvement restent à définir. ‘Une proposition sera introduite lors du prochain contrôle budgétaire’, peut-on encore lire dans l’accord de coalition. L’objectif serait de la faire entrer en vigueur cette taxe très rapidement.

Quoi qu’il en soit, les épargnants, les entrepreneurs et les travailleurs ne devraient être inquiétés par de nouvelles taxes, en tous cas pas dans l’immédiat. Les partis du gouvernement ont en effet affirmé que tout nouvel ajustement fiscal se fera dans le respect des personnes qui travaillent, qui font des affaires qui épargnent.

Lire aussi: