Le gouvernement De Croo va-t-il vraiment introduire une consigne sur les bouteilles en plastique?

Un collecteur d’emballages consignés, en Allemagne. – Isopix

L’accord de coalition fédérale donne l’impression que le gouvernement De Croo compte insister sur ce point auprès des entités fédérées. Mais le passage concernant cette éventuelle mise en place d’une consigne sur les bouteilles en plastique et les cannettes en métal peut être interprété de plusieurs manières.

En cas de consigne, un supplément de 15 ou 25 centimes par bouteille, par exemple, sera facturé au consommateur. Un montant que ce dernier pourra récupérer ultérieurement, à condition de rapporter les bouteilles vides à un point de collecte.

Les écologistes plaident depuis longtemps pour qu’une telle mesure soit introduite sur les bouteilles en plastique et les canettes en métal. Ils ont donc insisté pour que le principe soit inclus dans l’accord de coalition fédéral. Mais la formulation choisie, qui trahit de longues négociations entre les partis Vivaldi, peut être interprété de plusieurs manières.

‘En concertation avec entités fédérées et le secteur concerné, l’opportunité d’intégrer un système de consigne dans la redevance sur les emballages sera examinée’, peut-on lire dans le rapport des formateurs.

Deux points font tiquer les verts. Il est positif que l’on y prête attention, disent-ils dans une communication commune. Cependant, ‘l’accord ne propose aucun objectif ni aucune mesure précise, il reste donc du travail à faire pour concrétiser les intentions’, ajoutent-ils.

Selon Groen, les consignes peuvent réduire le volume de canettes et bouteilles jetées à la poubelle de 70 à 90%.

Sac bleu

‘Il est plus logique d’optimiser les systèmes de collecte déjà existants et efficaces’, estime pour sa part la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia), un important représentant du ‘secteur concerné’.

‘Grâce au sac bleu, notre pays est depuis des années un pionnier de la collecte et du recyclage des emballages de boissons des ménages. Et nous ne voulons logiquement pas mettre en péril ce système efficace en introduisant un système de collecte parallèle’, dit-elle.

Il faut aussi prendre en compte la situation économique, ajoute l’industrie alimentaire, pour qui il ne peut être question d’inciter encore plus de consommateurs belges à se rendre en masse vers les supermarchés du nord de la France pour acheter leurs bouteilles et canettes. ‘L’introduction d’une consigne dans notre pays menace de rendre les produits encore plus chers et d’aggraver le problème déjà existant des achats transfrontaliers, ce qui ferait perdre encore plus de revenus à l’économie belge.’

Lire aussi: