Les expatriés fuient massivement la Corée du Nord en raison de mesures Covid ‘sans précédent’

Des diplomates russes quittent la Corée du Nord dans un chariot poussé à la main. (Russian Ministry of Foreign AffairsTASS/Sipa USA/Isopix)

Ces derniers mois, des diplomates et des travailleurs humanitaires étrangers ont fui en masse la Corée du Nord en raison de la pénurie de marchandises et des restrictions ‘sans précédent’ en matière de coronavirus, rapporte l’ambassade de Russie à Pyongyang.

‘Ceux qui quittent la capitale coréenne (Pyongyang, ndlr) peuvent être compris’, écrit l’ambassade dans un message sur sa page Facebook. Au total, il ne resterait plus que 290 expatriés en Corée du Nord. Tous les employés des ONG étrangères et la plupart des diplomates auraient quitté le pays en masse.

Afin de contenir le coronavirus, la Corée du Nord a fermé ses frontières, interdit la plupart des voyages internationaux et fortement limité les déplacements à l’intérieur du pays. ‘Tout le monde, loin de là, ne peut supporter les restrictions sans précédent par leur sévérité, le déficit aigu de produits de base notamment les médicaments, l’impossibilité de soigner des problèmes de santé’, ajoute l’ambassade de Russie.

Les violations des droits humains et la faim ont d’ailleurs augmenté en Corée du Nord à cause des mesures radicales de lutte contre la pandémie, avait estimé, début mars un expert de l’ONU. Il avait notamment signalé des informations relatives à une famine.

L’exode va continuer

Seuls neuf ambassadeurs étrangers et quatre chargés d’affaires représentent encore leur pays en Corée du Nord. La plupart des ambassades ont réduit leur personnel au minimum, rapporte la mission diplomatique russe à Pyongyang. Les ambassades française, britannique et allemande, entre autres, ont déjà fermé leurs portes. La Belgique n’a pas d’ambassade là-bas.

‘Une chose est claire: le dernier groupe qui est parti ne sera malheureusement pas le dernier. L’exode des étrangers va se poursuivre’, prédit l’ambassade russe.

Chariot poussé à la main

Fin février, un groupe de diplomates russes et leurs familles ont fait le voyage de Pyongyang vers la Russie – par leurs propres moyens et en plus de 35 heures. Pour les derniers kilomètres, ils ont dû pousser un chariot sur la voie ferrée, car il n’y avait pas d’autre moyen pour avancer.

Le ministère russe des Affaires étrangères a diffusé une vidéo montrant le troisième secrétaire de l’ambassade, Vladislav Sorokin, poussant une sorte de chariot avec des femmes et des enfants pour traverser la frontière dans un paysage hivernal.

Sur le même sujet: