Les droits de douane américains font mal à l’importation de vin français, taxée à 25 %

Alain Robert/Sipa Press/Isopix

Les exportations de vins français de milieu de gamme ont chuté en raison des droits de douane imposés par les États-Unis en octobre sur des subventions aériennes contestées, a déclaré mardi un ministre français.

C’est une histoire qui date, mais ses conséquences sont pourtant très actuelles pour le vin. Il faut remonter jusqu’à 14 ans en arrière, lorsque les États-Unis accusaient plusieurs pays européens d’accorder des subventions publiques illégales à Airbus, faussant ainsi la concurrence. Parmi les fautifs se trouvaient la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne.

Mais comment une histoire d’avions a-t-elle pu affecter le vin français? C’est qu’en octobre dernier, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a finalement résolu ce vieux conflit en autorisant Washington à imposer des droits de douane alourdis sur des biens européens représentant près de 6,8 milliards d’euros. Parmi eux, des produits agricoles européens. Et donc le vin, taxé à… 25 %.

‘Les secteurs sont inquiets’

Conséquences (à retardement) : le vin français (avec le whisky écossais et le fromage italien, entre autres) doit désormais faire face à des taxes supplémentaires… et voit donc ses importations baisser aux États-Unis.

‘Nous pouvons voir un impact, notamment pour les vins de milieu de gamme qui sont les plus touchés’, a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État auprès du ministre français des affaires étrangères. ‘Les secteurs français des vins et spiritueux sont inquiets depuis l’automne’, a-t-il déclaré à Reuters dans une interview.

Lire aussi: Bruno Le Maire demande une ‘riposte forte’ de l’UE contre les taxes américaines

On ne connait pas encore l’ampleur de cette baisse mais ce sera le cas dès demain, quand les données commerciales de novembre seront publiées par les services des douanes françaises.

Le plus grand marché d’exportation de vin français

Dans tous les cas, on comprend que ces taxes puissent faire mal: les États-Unis sont le plus grand marché d’exportation pour le vin français. Selon Reuters, des droits s’appliqueraient sur des expéditions d’une valeur de 1 milliard de dollars en 2018.

Il faudra espérer pour les viticulteurs français que cette tare ne s’alourdisse pas encore par une autre taxe américaine, en réponse ici à la taxe GAFA qui viserait ‘injustement’ les entreprises technologiques américaines selon Donald Trump…

Lire aussi: Taxe GAFA: ‘15 jours’ pour trouver un compromis à l’OCDE