Les actions chinoises cotées à l’étranger connaissent les montagnes russes: pourquoi elles devraient rester volatiles

Après une longue chute continue, les actions chinoises ont connu un rebond la semaine dernière, après l’annonce du gouvernement chinois de vouloir encourager les cotations boursières à l’étranger. Mais de nombreuses contraintes garderont un impact sur la volatilité des actions.

Les actions chinoises sont actuellement prises dans les montagnes russes. De nombreux faits d’actualité ont un impact négatif sur leur cours, le faisant baisser. Il y a d’abord la possibilité de l’exclusion de Wall Street : la SEC, le gendarme boursier américain, réclame un audit, mais la Chine rechigne à laisser ses entreprises passer cet examen, par crainte pour ses données sensibles. La Chine elle-même est également souvent accusée de s’opposer à la cotation des entreprises chinoises à l’étranger.

Ensuite, le fait que la Chine rende la vie dure à ses entreprises technologiques a également un impact. Tout comme la position chinoise face à la Russie et la guerre en Ukraine, qui pourrait corrompre ses relations avec l’Occident, même si dans l’immédiat, cela ne semble pas une perspective probable. Un élément encore qui fait baisser le cours des actions chinoises sont les différents confinements localisés, notamment Shenzhen, le hub technologique chinois, et une nouvelle vague de cas qui pourrait contraindre au confinement d’autres villes encore.

Tous ces éléments font donc baisser les cours des actions chinoises. Un ETF (fonds négocié en bourse), le iShares MSCI China, qui donne une bonne idée de la situation car il reprend des actions de Tencent, Alibaba, China Construction Bank et Nio, est en baisse de 16% depuis le début de l’année, rapporte CNN Business.

Montée en puissance la semaine dernière

Mercredi dernier, la Chine a clarifié la situation : elle n’est plus opposée à l’introduction en bourse, à l’étranger, des entreprises chinoises. Depuis, le cours de l’ETF a augmenté de 12%. L’indice Hang Seng China Enterprises, qui suit les plus importantes sociétés chinoises cotées à Hong Kong, a augmenté de 13% sur la journée de mercredi ; sa plus forte hausse en une journée depuis 14 ans.

C’est que le gouvernement chinois commence à se rendre compte que la dégringolade des cours n’est pas idéale pour son économie. « L’implémentation de politiques bénéfiques aux marchés » est même suggérée par un comité présidé par le vice-premier ministre, Liu He.

« La promesse de la Chine d’assouplir la répression réglementaire et de soutenir les valeurs immobilières et technologiques pourrait changer la donne et la tendance », a déclaré Ipek Ozkardeskaya, analyste auprès de Swissquote, dans un rapport consulté par CNN. Il ajoute « qu’il semble que la dernière vente massive d’actions ait été si forte qu’elle a amené le gouvernement chinois à sortir le drapeau blanc ».

La Chine a également indiqué que des « progrès positifs » avaient pu être observés, dans les discussions entre les régulateurs américains et chinois, concernant les actions chinoises cotées aux Etats-Unis. De quoi rassurer les investisseurs, quant au fait de la potentielle suppression de certaines entreprises chinoises de Wall Street.

La volatilité va rester

Malgré l’amélioration de cette situation, d’autres contraintes restent encore en place. La politique très stricte pour faire face au coronavirus, notamment, même si de plus en plus de pression, pour que Pékin lâche du lest, se fait sentir. Cette stratégie zéro-covid met davantage de pression sur les chaines d’approvisionnement, ce qui peut décourager les investisseurs, et est intenable à plus long terme.

Des experts cités par CNN estiment que les actions vont rester très volatiles. Des investisseurs américains parieraient même contre les actions chinoises. « Avec le Conseil d’État chinois s’efforçant de promouvoir les actions chinoises, la communauté des vendeurs à découvert est revenue et a été très active », analyse Dan Pipitone, PDG et cofondateur de la société de courtage TradeZero. La vente à découvert, ou short selling, est une forme de spéculation où on mise sur le fait que le prix baisse. Les clients de TradeZero vendraient notamment Alibaba, JD, Nio, Didi, KE Holdings et Kingsoft à découvert.

Et puis il y a l’état général de l’économie chinoise dont la croissance est menacée. La Chine fait face à 9 fardeaux qu’elle doit régler pour revenir à ses standards.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20